Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

jeudi 3 octobre 2019

Lubrizol

Se taire ça vaudrait mieux danser sous la pluie noire désormais sans mystère aimer qui je peux tant qu'il est encore temps -ce que je fais je crois et du mieux que je peux mais le livre ah ça non pas la peine, ma peine tu sais j'en suis le portefaix ma peine porte ton nom mais le livre à quoi bon qui lirait quand finie la fête foraine nous serons tous rendus à nos visages de carême, nos faces blêmes de veille de fin du monde? A quoi bon dire la prophétie si chacun déjà la connaît, tu la connaissais toi aussi, le monde il nous prend de vitesse, et l'on s'acharne à l'achever tout en priant en douce que les catastrophes aient la politesse d'attendre notre Alzheimer pour se déployer sur la nuit de nos neurones en cendres. Il a plu de la suie noire, de l'huile bitumeuse, de la poussière d'amiante, un peu de dioxine, il pue de l’œuf pourri comme il pleut sur la ville, quelles sont ces particules qui pénètrent mon cœur? Il faut bien respirer, comment s'en empêcher mais vraiment si on peut, se taire ça vaudrait mieux que ces paroles dévoyées, ces nuages toxiques rien qu'un peu.

2 commentaires:

  1. Oui, allez, le livre.
    Tant qu'il est encore temps...

    sonneur 24

    RépondreSupprimer
  2. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Lubrizol

    Se tàiser vaudriá mielhs dançar sota la plueja negra d'ara en avans sensa mistèri amar quau pòde tant qu'es encar temps çò que fau crese e dau mielhs que pòde mai lo libre a d'aquò nani pas la pena, ma pena o sas ne'n siáu lo pòrta-fais ma pena pòrta ton nom mai lo libre per qué far quau legiriá quand finida la fièra seriam totei renduts a nòstrei fàcias de Caramentrant, nòstrei fàcias palinèlasò de vegilha de fin dau monde ? Per de qué dire la profecia se cadun ja la conèis, la coneissiás tu perèu, lo monde nos pren de vitessa, e l'òm s'acarnassís a l'acabar tot en pregant a sota votz que lei maloras agon la cortesia d'esperar nòstre Alzheimer per se desplegar sus la nuech de nòstres neurònas en icendres. A plougut de suga, d'òli bituminós, de posca d'amianta, un pauc de dioxina, pud l'uòu poirrit coma plòu sus la vila, qué son aquestei particulas qu'entran en mon còr ? Cau ben alenar, coma se'n empachar mai de bòn s'òm o pòu, se tàiser vaudriá mielhs qu'aquestei paraulas desaviadas, aquestei nívols toxicas ren qu'un pauc.

    RépondreSupprimer