Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

lundi 21 octobre 2019

Linoléum

C'est très propre ici, le meublé de Tanguy, de l'autre côté on aurait pu voir la chaîne des Puys, mais il donne sur la voie ferrée, quelques trains pas pressés, quelques immeubles un ciel changeant, souvent chargé, c'est bien chauffé ici. Tout fonctionnel un peu vieillot, confort sommaire, ici on vient pour travailler, chaises, lino, tables, tout vert d'eau, tout ici bien entretenu, je suis content d'être venu, heureux d'être avec lui. Au sous-sol une laverie, c'est bien organisé ici, un grand couloir orange une tuyauterie démesurée qui mène aussi à la chaufferie, ça vous a des airs de film, Wes Anderson, avec odeurs de détergent, c'est très propre ici, je l'ai déjà dit ? Plus troublant, le bruit des pas sur le linoléum gris du couloir interminable qui mène à l'appartement, après l'escalier gris à la rampe rouge, ce bruit, le sentiment d'un sol un peu collant, si bien lavé, presque ciré, le souvenir passe par mes semelles, ces pas-là je les fis souvent, tu étais déjà très malade quand il fut question de l'EPHAD, tu avais préparé le dossier, j'étais allé visiter le lieu de vie et de fin de vie, ainsi l'avait nommé l'infirmier, tu m'as demandé comment c'était, c'était propre et maman s'y résigna, un mois avant ta mort. Pour la voir, il fallait aller au bout du couloir très propre malgré les charriots de couches souillées -parfois c'était en apnée- et détacher les pas du sol collant lino bleu ciré, avec ce bruit que je retrouve ici, ce bruit de propreté, avant qu'ouvrant la porte de sa chambre je ne sois saisi d'effluves de "Shalimar" dont elle fit, sa dernière année, un usage immodéré.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:

    Linoleum

    Es fòrça net aicí, lo meublé de Tanguy, de l'autre caire òm aguèsse pougut veire la cadena dei Puegs, mai dona sus lo camin de ferre, quauquei trins pas preissats, quauqueis immòbles un cèu cambiadís, sovent cargat, es ben caufat aicí. Tot fonccionau un pauc vièlheis usanças, confòrt sommari, òm ven aicí per lo trabalh, cadieras, linò, taulas, tot vèrd d'aiga, tot aicí ben entretengut, siáu content d'èstre vengut, urós d'èstre amb eu. Au sota-sòl una lavariá, es ben organizat aicí, un grand corredor orange de tuièus desmesurats que menan perèu a la lavariá, vos sembla puei un filme, Wes Anderson, ambe d'odors de lessiu de bugada, es fòrça net aicí, o diguère ja ? Mai tribulant, lo bruch dei pesadas sus lo linoleum gris dau corredor interminable que mena fins a l'apartament, après l'escalinada grisa de la rampa Roja, aqueu bruch, lo sentit d'un sòl un pauc pegós, tant ben lavat, quasi cirat, lo remembre passa per mei sòlas, aquestei pas lei faguère sovent, èras ja fòrça malauta quand fuguèt question de l'EPHAD, lo dorsiers l'aviás alestit tu, ère anat veire lo luec de vida e mai de fin de vida, o aviá dich ensin l'infirmier, me demandèras coma èra, èra net e mair s'i resinhèt un mes enans ta mòrt. Per la veire caliá anar au jot dau corredor fòrça net maugrat lei carriòlas de pedaç bruts - de còps èra en apnea - e destacar lei pesadas dau sòl pegós blau cirat, amb aqueste bruch que tòrne trobar aicí, un bruch de net, enans que durbent la pòrta non fuguèsse agantat d'efluvis de Shalimar que ne'n faguèt, sa darniera annada, una usança desfrenada.

    RépondreSupprimer