Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mercredi 23 octobre 2019

Aucun sens

Ils sont curieux les rêves, j'en fais peu, m'en souviens encore moins, pas ce matin où rendormi dans les bras tendres de Tanguy, j'ai rêvé, pas de toi mais d'Arnaud, du père, de maman dont je découvrais qu'elle s'était remariée, de fruits de mer, de côte rocheuse, de paysages inchangés, d'enfants non identifiés mais familiers, d'un océan méconnaissable. Le poissonnier ne vendait que des produits transformés, je voulais des étrilles et des bouquets, tant pis si c'était cher, je les voulais vivants, cela l'étonnait le poissonnier, je tenais bon, Arnaud était déjà malade, avec un cancer les envies se font rares, alors l’envie de fruits de mer il fallait bien la satisfaire, souscrire au rituel de notre amitié, acheter les crustacés, tout cuire moi-même, il a cédé le poissonnier. Mais la mer a monté dans le sac de crabes et les étrilles s'en sont allées avec la marée et je suis revenu bredouille à l'hôtel inconnu où une chambre m'était allouée, j'y ai croisé le père, lui ai dit que ça avait bien changé, la côte rocheuse, le poissonnier qui ne vendait plus que des filets et des plateaux tout préparés, vingt-cinq ans que je n'y étais pas retourné, le père m'a dit qu'il regrettait, ce n'était plus le moment des regrets, aussi l'ai-je planté là pour retrouver maman dans une autre chambre, qui m'a présenté son nouveau mari -en fait, je le connaissais déjà- puis au détour d'un couloir, un magasin de disques, récemment fermé, et le regret de ne rien y pouvoir acheter. Au moins n'est-ce pas un cauchemar ai-je pensé juste avant de me réveiller et de tout raconter à Tanguy qui m'a gentiment écouté pendant que, racontant, je mesurais combien tout cela n'avait aucun sens.

2 commentaires:

  1. oh on doit pouvoir y trouver un sens en cherchant bien

    RépondreSupprimer
  2. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:

    Ges de sens

    Son curiós lei pantais, ne'n fau pauc, me'n remembre encar mens, pas aqueste matin que tornat endormit dintre lei braç tendrs de Tanguy, pas de tu mai d'Arnaud, dau paire, de mair que descubriáu qu'èra tornar maridada, de frucha de mar, de costièra d'estèus, de païsatges ren cambiats, de dròlles desconeissuts mai familiers, d'una mar granda desconeissabla. La pescairitz vendiá pas que de merç transformada, voliáu d'estrilhas e de boquets, tant pièger s'èra carivènd, lei voliáu vius, aquò l'estonava la pescairitz, teniáu bòn, Arnaud èra ja malaut, amb un cancre leis envuejas se fan raras, amb aquò l'envueja de cauquihas la caliá ben satisfar, sotascriure au rituau de nòstra amistat, crompar lei crustacèus, o cueire tot ieu, a plegat la pescairitz. Mai la mar a pujat dins la saca de crancs e leis estrilhas se son enanadas ambe la marèia e tornère puei cufe a l'òste desconeissut ont una chambra m'èra atribuida, li crosère lo paire, li diguère qu'aviá fòrça cambiat, la costièra d'estèus, la pescairitz que vendiá pas pus que de rets e de tondins tot alestits, vint-a-cinc ans que i ère pas tornat, me diguèt lo paire que regretava, èra pas lo temps dei regrets, ensin çai lo plantère per tornar veire mair dins una autra chambra, que me presentèt son espós - de fach lo coneissiáu ja - puei au bestorn d'un corredor, un mazaguin de discs, recentament barrat, e lo regret d'i ren poder crompar. Au manca es pas una chaucha-vièlha me pensère just enans de me drevilhar e d'o cuntar tot a Tanguy qu'ambe gentum m'escotèt dau temps que, cuntant, amesurave quant tot aiçò aviá ges de sens.

    RépondreSupprimer