Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mardi 29 octobre 2019

Remède à la mélancolie

Plus que moi pour me souvenir, ça qui m'attriste, ça qui me pèse, de notre enfance seul dépositaire, le dépôt j'en croulerais parfois, parfois je me fais l'effet d'un centenaire, Tanguy lève les yeux au ciel, dans ses yeux clairs je n'ai pas cent ans. Au moins m'est-il donné de vieillir, ça que tu m'aurais répondu, incontestable ça, la chance de tous les matins, même les plus maussades, même quand on a mal aux dents, mal au dos, qu'on est plus perclus que la vierge aux sept douleurs, que nos rêves ont des allures d'ossuaires, la chance que tu n'as pas eue: tous les matins me tombe dessus la surprise du survivant. Et si mélancolique je trouve cette chance amère, ou plus précisément, je la juge injuste comme une fée avare qui ne t'accorda aucun vœu mais m'exauça sans que pour ma part j'aie rien demandé, le rire de Tanguy me rappelle qu'il n'y a rien à justifier, qu'il s'agit maintenant de se saisir des joies qui restent, la surprise d'une lumière d'automne, le bonheur de ses bras au réveil, cette chance insensée, ce souffle sans rose des vents.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:

    Remèdi a la malanconiá

    Pus degun que ieu per se remembrar, aquò que m'entristesís, aquò que me pesa, de nòstra enfància solet depausitari, lo depaus me'n esprefondariáu de còps que i a, de còps que i a me fau l'efièch d'un centenari, Tanguy fai leis ussas, dins seis uelhs clars non ai cent ans. Au manca m'es donat de vielhir, aquò qu'auriás respondut, incontestable aquò, la chança de cada matin, e mai lei mai tristàs, e mai quand fan mau lei dents, mau d'esquina, mai perclús que la vièrge dei set dolors, que nòstres pantais an d'andanas d'ossuaris, la chança qu'as pas aguda : cada matin me cala subre la suspresa dau subrevivent. E tant malanconic tròbe aquesta chança amara, ò mai precisament, la me jutge injusta coma una fada racha que te balhèt pas ges de vòt mai m'exaucèt sensa que de mon caire aguèsse ieu ren demandat, lo rire de Tanguy me rampèla que i a pas ren de justificar, s'agís ara d'agantar lei jòias que sobran, la suspresa d'una lutz d'autom, lo bònur de sei braç au drevelh, aquesta chança dessenada, aqueu buf sensa ròsa dei vents

    RépondreSupprimer