Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mercredi 19 août 2020

Insatisfaits

Le temps s'est refermé sur nous, le ciel s'est assombri c'est fou comme un ciel se couvre vite, et crève sur les chaumes brûlés et les arbres à bout de chaleur déjà roussissant dans la fin de l'été. Les hêtres en auraient pour trente ans avant de disparaître des forêts d'ici, les forêts cinquante ans pour disparaître aussi, je serai mort, n'en saurai plus nouvelle, cela pour seule consolation, c'est maigre, c'est ainsi. Nos pulsions, notre appétit, la manducation de toutes les graines, de tous les fruits, de ce qu'on cueille, ce qu'on arrache, ce qu'on coupe, ce qu'on saigne, toutes les viandes, toutes les pulpes, les amandes au cœur vert, la moelle des os brisés, la sève des tiges nouvelles, nous dévorerons tout, et les sables, les métaux, les oxydes et cristaux, et l'eau et l'air même viendront à nous manquer. Alors ne restera qu'à s’entre-dévorer.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo :


    Descontents

    Lo temps s'es embarrat sus nautres, lo cèu s'es assornit es baug coma un cèu se mascara lèu, e creba sus lei caumas cremadas e lei aubres penós de calor ja rossissant dins la fin de l'estiu. Lei faus n'aurián per trenta ans enans de desparèisser dei sèuvas d'aicí, lei sèuvas cinquanta ans per desparèisser perèu, serai mòrt, ne'n sauprai pus ges de nòva, aquò per solet assolament, es maigre, es ensin. Nòstrei pulsions, nòstre apètit, la manducacion de totei lei granas, de totei lei fruchas, de çò que se culhís, çò que s'arranca, çò que se talha, çò que se sauna, totei lei carns, totei lei polpas, leis ametlas dau còr vèrd, la mesolha deis òs romputs, la saba dei cambas nòvas, devorirem tot, e leis arenas, lei metaus, leis oxidis e cristaus e lo quite èr vendràn a nos mancar. Amb aquò sobrarà que de s'entre-devorir.

    RépondreSupprimer