Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mardi 5 novembre 2019

Port-Lin

C'était un drôle de chapeau rouge que tu portais, un bob on disait, un bob de coton rouge doublé d'un tissu éponge fleuri, une drôle de cloche sur ta drôle de tête de petite fille aux cheveux courts, la cloche couvrait ton épi, te gardait du soleil sur la plage. Était-ce le soleil ou le sel de la mer qui te faisait  blondir, je ne sais, sous le bob même tu blondissais, une blondeur de provision qui disparaitrait à la rentrée à peine moins vite que le bronzage -c'était un temps où il fallait  bronzer, les mélanomes on s'en fichait, on ne savait pas que ça existait. Tu étais donc blonde et bronzée sous le bob de plage, le parasol c'était pour la tante Annick, le privilège de la rousse qui ne bronzait pas mais brûlait sitôt qu'on la sortait de l'ombre. Sortir de l'ombre elle n'y songeait pas, concentrée sur les diminutions d'un tricot savant, c'était la reine des pulls à torsades, une  parque siglée phildar qui au cœur de l'été travaillait à l'hiver. Nous, nous n'étions qu'enfance, j'entends par-là présence pure à l'instant même de la joie, sous le soleil nos pas sans ombres à peine alourdis par  le sable grossier de Port-Lin, dévorant les pains de seigle au raisin, les tartines et le chocolat Poulain.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:

    Port-Lin

    Èra un capèu roge ben estranhe que portavas, un bòb se disiá, un bòb de coton roge doblat d'un teissut esponga florit, una campana estranha sus ton cap estranhe de drolleta dau peu cort, la campana tapava ton espiga, te gardava dau soleu sus la plaja. Èra lo soleu ò la sau de la mar que te fasiá blondir, non sai, sota lo bòb e mai se blondissiás, una blondor de provesiment que despareissiá a la rintrada a pena mens lèu que lo bronzatge - èra un temps que caliá bronzar, lei melanòmes degun se'n enchautava, degun sabiá qu'existiá. Èras amb aquò blonda e bronzada sota lo bòb de plaja, lo parasòle èra per la tanta Annick, lo privilègi de la rossa que bronzava pas mai cremava tant lèu qu'òm la sortiá de l'ombra. Sortir de l'ombra i somiava pas, concentrada sus lei diminucions d'un tricòt sabent, èra la reina dei brocats a torsadas, una parca sigelada phildar qu'au còr de l'estiu obrava a l'ivèrn. Nautres eriam pas qu'enfància, vòle dire amb aquò preséncia blosa au moment de la jòia, sota lo soleu nòstrei pesadas sensa ombra a pena pesucs de la sabla grossièra de Port-Lin, se manjant lei pans de sègla au rasim, lei tartinas e mai lo chicolat Poulain.

    RépondreSupprimer