Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

samedi 11 novembre 2017

D'où l'on vient

Se rappeler d'où l'on vient, ce qu'on a quitté, nos racines ils diraient, et je pense à Mathilde dans la pièce de Koltès, "Mes racines? Quelles racines? je ne suis pas une salade!", comme elle a raison l'emmerdeuse, l'empêcheuse de tourner en rond, tu devais aller voir cette pièce à sa création, mais la représentation fut annulée, je ne me souviens plus bien pourquoi, il y avait une raison forcément, tu ne l'avais donc pas vue, c'est dommage, il y a du réjouissant dedans, de la tribu catholique malmenée, des filles perdues, des notables à tondre, un parachutiste noir qui descend des cintres pour fonder une nouvelle lignée, on aurait tellement aimé cela, que la tribu soit malmenée à proportion du mal qu'elle avait fait, qu'elle s'ouvre enfin, mais non pas moyen, elle s'enkyste, se réduit, se reproduit, et le parachutiste n'est pas né qui viendrait féconder son ventre mort et blanc. Ca donne des parents pourris, des cousines meurtries, des Atrides aux petits pieds, des gens qui vont manifester contre le mariage des pédés pour oublier l'inceste, le poison des familles, l'ADN des haines et des désirs tordus. Se rappeler d'où l'on vient, le chemin parcouru, l'arrogance des masques de vertu, ce qu'on a quitté, ce qui nous tue.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    D'onte l'òm ven

    S'enavisar d'onte l'òm ven, çò qu'òm a laissat, nòstrei rasigas dirián, e pense a Mathilde dins la peça de Koltès, "Mei rasigas ? Quntei rasigas ? Siáu pas una ensalada !", coma a rason, l'emmerdarèla, l'empachaira de virar redond, deviás anar veire aquesta peça a la creacion, mai la rapresentacion ne fuguèt cancelada, me remembre pas ben perqué, i aviá una rason, forçadament, amb aquò l'aviás pas vista, es doumatge, de tant regaudissent, de la tribú catolica maumenada, de filhas perdudas, de notables de tondre, un paratombant negre que cala dei cintres per fondar una nòva linhada, tant nos auriá agradat aquò, que la tribú fuguèsse maumenada a proporcion dau mau qu'aviá fach, que se durbèsse fin finala, mai nani, pas ren, s'enkista, se redusís, se reprodusís, e lo paratombant es pas naissut que vendriá fecondar son ventre mòrt e blanc. Aquò balha de parents puirrits, de cosinas murtridas, d'Atridas dei pichons pès, de gens que van manifestar còntra lo matrimòni dei lingeras per oblidar l'incèste, la poison dei familhas, l'ADN deis òdis e dei desidèris estòrts. S'enavisar d'onte l'òm ven, lo camin fach, l'arrogància dei masquetas de vertut, çò qu'òm a laissat, çò que nos amaça.

    RépondreSupprimer