Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

lundi 3 juillet 2017

Le gras du jambon

Et lorsqu'à mon tour tombé mort, nul ne te parlera plus d'enfance, et qu'oubliés seront nos peurs, nos gourmandises, nos dégoûts -la peau du lait, le sucre fondu dans le beurre des crêpes, le gras du jambon, le parfum des fraises des bois qui changeait selon qu'elles avaient poussé à l'ombre ou non, le ténia du renard qui nous menaçait puisqu'on avait mangé les fraises des bois à même les bois, sans les laver, les fils des haricots verts et de la confiture de rhubarbe, verte elle aussi -tu le mangeras pour ton dessert râlait la grand-mère devant le gras qu'on délaissait sur le rebord de nos assiettes, elle avait traversé deux guerres, laisser du gras, ça ne se faisait pas, ça ne va pas te boucher disait-elle parfois, bien sûr que non, mais on n'aimait pas ça. Lorsque tombant à mon tour seront ensevelies avec moi les traces du sel sur nos maillots de bain, la peau pelée des coups de soleil, les gerçures de tes lèvres au froid, lorsque sera tournée la page qui ne tournera qu'avec moi -car j'aurai tenu parole- certains sans doute en seront soulagés. Si triste de penser cela, que ta mort lasse, que ton souvenir puisse peser, que d'aucuns travaillent à l'oubli, comme si l'oubli c'était affaire de volonté, comme si l'oubli ne s'accomplissait pas, quoi qu'on en ait: je ne fais que le retarder.

4 commentaires:

  1. cette horrible et stupide expression "faire son deuil"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et l'idée implicite qu'il existe un "savoir faire" pour cela...

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo


      Lo gras dau chambon

      E quand a mon torn tombat mòrt, degun te parlarà pas pus d'enfància, e qu'oblidats seràn nòstrei paurs, nòstrei gromanditges, nòstrei desgusts - la pèu dau lach, lo çucre fondut dins lo burre dei crespèus, lo gras dau chambon, lo parfum dei maóssias que cambiava segon qu'èran creissudas a l'ombra ò non, lo vèrm dau rainard que nos amenaçava bòrd qu'aviam manjat de maóssias au bòsc, sensa lei lavar, lei fius dei banetas e de la confitura de rubarba, vèrda ela tanben - t'o manjaràs per dessert, renava la mairgrand davans lo gras qu'òm laissava sus lo raibòrd de nòstrei sietas, aviá traversat doas guèrras, laissar de gras, aquò se fasiá pas, aquò te vai pas tapar, disiá de còps, segur que non, mai nos agradava pas. Quand tombant a mon torn seràn sebelidas amb ieu lei traças dau sau sus nòstrei muandas de banh, la pèu pelada dei còps de soleu, leis escartas de tei labras au frèi, quand serà virada la pagina que virarà pas qu'amb ieu - bòrd qu'aurai tengut paraula - d'unei sensa dobte ne'n seràn solaçats. Tant triste de pensar aiçò, que ta mòrt lassa, que ton remembre pòsque pesar, que d'unei trabalhon a l'oblid, coma se l'oblid aquò èra un afaire de volontat, coma se l'oblid se complissiá pas, qué qu'òm ne'n pense ; fau pas qu'o retardar.

      Supprimer