Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

jeudi 28 octobre 2021

Planter un arbre

 On a acheté un poirier, un petit poirier avec sa motte de terre, c'est moi qui l'ai choisi, et comme je n'ai pas de fantaisie, j'ai pris un poirier de jadis, un "louise-bonne", à la foire aux plantes du château d'Harcourt. Elle s'appelle les Automnales, la foire aux plantes, on met du prétentieux partout, c'est l'air du temps, c'est l'ère du rien, avec bien peu en faire beaucoup, prendre la pause, donner à la foire un petit goût de festival, moi je m'en fiche, je repars avec mes espoirs de poires un peu rouges, ce sont de petites poires me dit Patrick, ce n'est pas grave, c'étaient les poires de Honfleur -il y avait aussi des williams et des passe-crassane si je me souviens bien des arbres en espalier contre le mur de pierre. Les louise-bonne c'étaient celles que ma grand-mère goûtait, c'étaient ses poires à elle, au grand-père les pommes qu'il gaulait d'un coup de béquille, ce n'était pas malin, elles s'abimaient en tombant les pommes fragiles qu'il aimait tant qu'il n'y avait qu'une sorte de pommes dans tout le jardin, j'en ai déjà parlé, il les aimait pour leur nom, les "transparentes de croncels", pour leur chair translucide, juteuse et sucrée, qu'elles se gâtent avait peu d'importance, elles pourrissaient dans l'allée, on glissait dessus, c'était un peu dégoûtant, il y en avait tant qu'il en restait toujours assez pour les compotes et les gelées. J'ai demandé au vendeur d'arbres s'il en avait, il en avait eu mais il les avait vendus ses pommiers, pas de veine, mais moi je me trouvais bien veinard quand-même de tomber sur un vendeur de transparentes de croncels, même de loin, même de l'Orne, même de Domfront -même si Domfront c'est plutôt les poires et le poiré- et décidément de la veine j'en ai car le vendeur d'arbres de Domfront me propose d'en réserver un qu'il apportera au marché aux arbres du Neubourg mi-novembre, un marché aux arbres qui s'appelle "marché aux arbres", c'est plutôt bien, on ne change rien, on reprend un pommier de jadis, on va retrouver le goût des transparentes de croncels.

5 commentaires:

  1. ne connais pas, bien entendu, les transparentes de croncels, mais dans les poires suis bien d'accord avec votre grand-mère, les aime les louise-bonne

    RépondreSupprimer
  2. Merveilleux souvenirs de ces jardins fruitiers!Quand mes grands-tantes en revenaient, la récolte de Louise-bonne ou de doyenne du comice dans un tablier noué devant elles, j'avais l'impression qu'elles venaient de tenir une conversation aimable avec des copines. Et si mon jardin paimpolais ne comporte qu'un seul pommier, j'ai gardé l'habitude qu'elles m'ont transmises de nommer les fleurs dans leur langage parfois en français, parfois en breton. Amarillys: demoiselles toutes nues, heuchères: désespoir du peintre. Mon jardin écrit des romans:-) Bonne soirée.
    Claudine Chapuis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On les nommait aussi ainsi, et ces désespoirs m’étaient mystérieux, à mon grand dépit...

      Supprimer
  3. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:


    Plantar un aubre

    Se siam crompat un perier, un d'aquelei pichòts ambe sa mòta, siáu ieu que lo chausiguère, e coma ai ges de fantasiá, prenguère un perier d'una vòuta, un "louise-bonne", a la fiera dei plantas dau castèu d'Harcourt. Se sòna les Automnales, la fiera dei plantas, l'òm bota de pretenciós pertot, es l'ària dau temps, es l'ièra de ren, ambe tant gaire ne'n faire fòrça, prendre la pausa, balhar a la fièra un gost pichòt de festenau, ieu me'n bate, tòrne partir ambe meis esperas de peras un pauc rojas, son de peras d'aquelei pichòtas me ditz Patrick, aquò fai pas ren, èran lei peras de Honfleur - i aviá perèu de Williams e de passe-crassane se me'n sovene ben deis aubres en espalier còntra lo barri de peiras. Lei louise-bonne èran aquelei que gostava ma mairgranda, èran sei peras d'ela, au pairgrand lei pomas que dacanava d'un còp de bequilha, aquò non èra pas malin, se degalhavan en tombant lei pomas delicatas que tant li agradavan a'n eu que i aviá pas qu'una mena de pomas dins tot l'òrt, ja ne'n parlère, leis amava per son nom, lei "transparentes de Croncels", per sa carn translucenta, chucosa e doça, que se gastèsson aviá pauc d'importància, poirrissián dins la lèia, òm esguilhava subre , èra un pauc desgostant, n'i aviá tant que ne'n sobrava totjorn pron per lei compòtas e lei gelarèias. Demandère se n'aviá, n'aviá agut mai leis aviá vendut sei pomiers, ges d'astre, mai ieu me trobave ben astruc parier de tombar sus un vendèire de transparentes de Croncels, fuguèsse de luenh, fuguèsse de l'Orne, fuguèsse de Domfront - encar que Domfront aquò fugue mai lei peras e lo poiré - e dau bòn d'astre n'ai que lo vendreire d'aubres de Domfront me prepausa de ne'n reservar un que portarà au mercat deis aubres dau Neubourg a la mièg-novembre, un mercat deis aubres que se sòna "mercat deis aubres", es puslèu ben, s'i càmbia pas ren, si tòrna prendre un pomier d'autreifètz, se vai tornar trobar lo gost dei transparentes de croncels.

    RépondreSupprimer