Emilia FAURE, Composition

Emilia FAURE, Composition
Emilia Faure, Composition, 1957

mercredi 28 avril 2021

Hors l'église

 Rester hors de l'église -elles sont fermées, ne se visitent pas, épidémie oblige, le gisant attendra- alors admirer les poutres du caquetoire, les colombages, ses motifs, les brins de paille perçant dans le torchis, tout cela bien restauré à Saint-Etienne l'Allier. S'émouvoir d'une survivance: une Normandie de naguère, humide, où grenouilles et bénitiers abondaient par le bocage, où l'on disait d'une éclaircie qu'elle chauffait une averse, d'où les caquetoires grands comme des abribus au porche des églises afin qu'on puisse dégoiser avant, après l'office pendant l'averse qui verse à seaux, s'écocailler en attendant l'éclaircie brusque comme un lever de rideau. La terre est sèche et le ciel bleu, on sort sans parapluie et les messes sont encore plus rares que les averses, le temps passe, les nuages aussi, les nuages ils disparaissent comme les mares du pays leurs miroirs, comme les potins des caquetoires qui n'abritent plus que des avis jaunis.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:

    Fòra glèisa

    S'istar fòra glèisa - son barradas, se visitan pas, per fòrça de l'epidèmia, lo jagut esperarà - amb aquò remirar lei jainas de la charraüra, lei garlandatges, sei motius, lei brots de palha que perçan dins la tàpia, tot aquò ben restaurat a Saint Étienne l'Allier. S'esmòure d'una subrevivença : una Normandiá d'autrei vòutas, a muèlh, onte rainas e benitiers abondavan per lo boscatge, onte se disiá d'una embelida que caufava una raissa, d'onte lei charraüras largs coma d'abribús au portau dei glèisas per fins que se posquèsse mauparlar enant, après l'ofici dau temps de la raissa que devèrsa a còs d'aiga, desblaterar en esperant l'embelida subrana coma un levar de ridèu. La tèrra es seca e lo cèu blau, l'òm sòrt sensa paraplueia e lei messas son encar mai raras que lei raissas, lo temps passa, lei nívols perèu, lei nívols elei despareisson coma lei lònas dau país sei miraus, coma lei parladissas dei charraires qu'assostan pas mai que d'avejaires jaunits.

    RépondreSupprimer