Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mercredi 29 mai 2019

Méforme

Elle n'est pas pour moi la grande forme, pour toi non plus conséquemment, tu n'attendais pas  vingt-quatre chants de ton frère en lui mandant d'écrire, pas un roman non plus, peut-être un testament?
Je n'aime pas vraiment la matière de Bretagne, je ne suis pas du monument, je ne célèbre pas qui gagne et je me fous des korrigans. La veine épique m'est pis que pendre, en ma catholique lignée, seule ma colère fut homérique et je ne sus pas la chanter. Dire qui tu fus, célébrer une enfance sous un soleil mesuré, tes joies, tes goûts, nos doigts rouges dans les framboisiers, oui ça je peux l'écrire et tenter de te susciter, mais je ne fonde rien qui vaille, je tricote sans compter les mailles, cotte mal taillée se déchipote, se défile, s'écaille et si je tiens parole, obstiné, si je m'échine à  t'écrire, sauver de l'oubli ce qui peut l'être, mettre de l'ordre en mon grenier où  la mémoire prend l'eau, c'est au prix de l'informe, du déchant de Corbière. Je connais  trop souvent la fatigue, parfois l'accablement: pourquoi poursuivre un passé  sans revenante si l'avenir se ferme comme un poing sur la vie-même et que bientôt  nul ne se souviendra de toi, car bientôt  plus personne pour se souvenir de quiconque?

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo :

    Mauforma

    Es pas per ieu la gran forma, per tu manca abaitan, t'esperavas pas vint-quatre cants de ton fraire en lo mandant d'escriure, ren un roman manca, bessai un testament ?
    M'agrada gaire la matèria de Bretanha, siáu pas dau monument, celebre pas quau ganha e dei korrigans, me'n bate. La vena epica m'es pièger que tot, en ma catolica raça estirassa, soleta mon ira fuguèt omerica e non la saupère ren cantar. Dire quau fuguères, celebrar una enfància sota un soleu mesurat, tei jòias, tei gosts, nòstres dets roges dins lei baranhas d'ampoas, òc aiçò o pòde escriure e probar d'o suscitar, mai fonde pas ren que vaugue, tricòte sensa comptar lei malhas, aquesta còta mau talhada se desquipòta, se desfila, s'escalha e se tene paraula, testard, se me rompe l'esquina a t'escriure, sauvar de l'oblid çò qu'o pòu èstre, botar d'òrdre en mon granier onte la memòria pren l'aiga, es au pretz de l'infòrme, dau descant de de Corbière. Coneisse tròp sovent la fatiga, de còps l'aclapament : perqué perseguir un passat sensa revenenta se l'avenidor se barra coma un ponh sus la vida-ela e que lèu degun se remembrarà pas de tu, que lèu pas pus degun per se remembrar de quau que fugue ?

    RépondreSupprimer