Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

vendredi 19 avril 2019

Mars encore

La mort d'Arnaud, c'est mars encore, si vite amenuisé, le bras pendant, cheveux tombés, la parole hésitante mais l'œil allumé, c'est mars encore, et le cancer encore, "fuck the tumor" a-t-il répété doigt levé, bravache, vieil adolescent punk, fan des Clash, parole remâchée, bras pendant doigt levé. En trois mois emporté, Noël à la veillée il marchait encore, il comptait rejouer de la basse, Paul Simonon des Clash la portait basse avec classe, grâce de la jeunesse, ça qui s'est envolé, ça qui s'envole en mars, la légèreté. Trente ans d'amitié, pile poil aurait-il dit, il aimait les chiffres précis, les enclumes, les balances de pharmacie et les locomotives à vapeur. On a bien bu, fumé, bien ri surtout, avec Arnaud on riait de tout, surtout du pire, même en mars, même avec maman à l'EPHAD -pour ton enterrement il était resté avec elle, il avait fait rire maman pendant ton enterrement, "sans ça on aurait pleuré comme des vaches", ils avaient ri de moi, évidemment, "de qui veux tu qu'on rie, franchement?"- même à son incinération avec ses amis, ses sœurs, ses enfants, avec Irène, ses élèves, Anne-Laure et j'en oublie tant, on a pleuré et on a ri, on a ri franchement.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:

    març mai

    La mòrt d'Arnaud, es març mai, tan lèu demesit, lo braç pendent, peu calat, la paraula esitenta mai l'uelh abrat, es març mai, e lo cancre mai, "fuck the tumor" que diguèt mai, d'un èr d'escomessa, vièlh aigràs punk, fan dei Clash, paraula tornar mastegada, braç pendent det levat. En tres mes empartit, Calendas a la vilhada caminava encara, comptava tocar tornar la bassa, Paul SImonon dei Clash la portava bassa amb elegança, gràcia de la jovença, aquò que s'es envolat, aquò que s'envòla en març, la leugeressa. Trenta ans d'amistat, ric rac qu'aguèsse dich, li agradavan lei chifras precisas, leis enclutges, leis escandalhs de farmacia e lei locomotivas a vapor. Avèm ben tubat, se siam ben risuts lo mai, amb Arnaud risiam de tot, dau pièger mai que mai, en març quitament, quitament ambe mair a l'EPHAD - per ton funerau s'èra istat amb ela, aviá fach se rire mair dau temps de ton funerau, "sensa aquò auriam plorat coma de vacas", s'èran risuts de ieu, evidentament, "de quau vòles que se riguem, francament?" - a sa quita incineracion ambe seis amics, sei sòrres, sei dròlles, amb Irène, seis escolans, Anne-Laure e n'oblide tant, se siam plorats puei se siam risuts, risuts francament.

    RépondreSupprimer