Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mardi 19 février 2019

Printemps précoce

La lumière est revenue d'un coup, trop tôt, trop chaud, tant mieux tant pis, on prend le temps qu'il fait comme il vient, en junkies de la reverdie, on sourit aux narcisses, aux primevères sur les fossés verts, et des vacanciers mangent des glaces en bord de mer, pour un peu on se baignerait, on ne se baigne pas, on en serait transis. On sue sous le manteau d'hiver on se réveille avec des envies de marche, le ciel est bleu mais, vers la ville des trainées roses et brunes où s'accumule l'haleine de nos activités et cette haleine nous asphyxie. J'entends que fondent les banquises, je l'entends sans surprise, aux antipodes ils se détachent les glaciers immenses et tôt la mer montant, les rivages en seront rongés, une question d'années, de mois, avant que ne cèdent les digues, que les polders soient envahis, on ne le croirait pas, on sait que si, on ne fait rien rien à faire, on sort prendre l'air de notre asphyxie, on mange un sorbet, on ne manque pas d'appétit au bord de la mer qui monte comme l'eau dans le verre où le glaçon s'est évanoui.

1 commentaire:

  1. traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    Prima primairenca

    La lutz es tornada subra, tròp lèu, tròp caud, tant mièlhs, tant pièger, se pren lo temps que fai coma ven, en junkies de la reverdida, se sorritz ai narcissis, ai pans-moifits dins lei valats vèrds, e de vacanciers se manjan de gelats en riba de mar, per un pauc l'òm se banhariá, l'òm se banha pas, l'òm ne'n seriá gelat. L'òm susa sota lo mantèu d'ivèrn, l'òm se desvelha ambe d'envuejas e marcha, lo cèu es blau mai, vers la vila de rais ròses e brun onte s'amolona l'alen de nòstreis activités e aquest alen nos asfixia. Ausisse que se fondon nòstrei banquisas, o ausisse sensa suspresa, ais antipòdis se destacan lei glaciers immens e lèu la mar montant, lei ribatges ne'n seràn rosigats, una question d'annadas, de mes, enans que non rompon lei digas, que lei poldèrs siegon envasits, òm s'o creiriá pas, se saup que si, se fai ren ren de far, l'òm sòrt prendre l'èr de nòstra asfixia, se manja un sorbet, se manca pas d'apètit en riba de la mar que puja coma l'aiga dins lo gòt onte lo glaçon s'es estavanit.

    RépondreSupprimer