Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

mercredi 27 février 2019

Théorie des nuages

Chers nuages, Charles, Eugène, il y eut en baie de Seine matière à tableaux. Tu sais bien ce qu'il faut, l'averse de lumière, la culotte de gendarme, l'éclaircie trouant le bitume, la pluie de l'autre côté de l'eau, parfois la Seine n'avait qu'un bord, parfois la pluie venait trop vite, je me souviens de Marie-Laure et moi, un matin  sur la plage du Havre, rattrapés par le grain, mouillés jusqu'à la culotte, ciel d'estuaire, ce qu'on dit, la pluie plusieurs fois par heure, le soleil entre la pluie, les nuages, les nuages comme la vie, les merveilleux nuages, qui vous trempent, vous essorent. Charles, Eugène, ce qu'on en dit, ce qu'on en peint, l'insaisissable, un dessin, un pastel, un lavis, ces gestes sans remords possible, ces gestes crispés, modernes, ces gestes sans atelier, ces touches dissociées, on s'était dit, la nature-même, l'éternité du  sensible, on l'aurait juré, les nuages sur les vases de l'estuaire, ces lumières à jamais changeantes, on tenait quelque chose de vrai, et puis on entend que leurs jours sont comptés aux nuages, aux nuages de l'océan, qu'en 2100 ils n'en auraient plus pour longtemps et qu'avec eux c'en serait fait de nous, de nos enfants, 8 degrés d'un coup, la vie torréfiée, l'éternité exacte au soleil perpendiculaire, sans nuages, sans nous.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    Teoria dei nívols

    Carei nívols, Charles, Eugène, i aguèt en bàia de Seine matèria a tablèus. Sas ben çò que cau, raissa de lutz, lei braietas de gendarma, l'esclarcida traucant lo betum, la plueja de l'autre caire de l'aiga, de còps la Seine aviá pas qu'un bòrd, de còps la plueja veniá tròp lèu, me remembre Marie-Laure ambe ieu, un matin, sus la plaja dau Havre, ragantats de la chavana, amuelh fins ai braietas, cèu d'estuari, çò que l'òm ditz, la plueja mantunei còps per ora, lo soleu entre la plueja, lei nívols, lei nívols coma la vida, lei mervelhosei nívols, que vos trempan, vos eissauran. Charles, Eugène, çò que se'n ditz, çò que se'n pinta, l'insasissable, un dessenh, una cocanha, un lavadís, aquelei gèstes sensa rancura possible, aquelei gèstes crespats, modèrnes, aquelei gèstes sensa talher, aquelei tòcas dissociadas, l'òm s'èra dich, la natura-se, l'eternitat dau sensiu, l'òm s'o seriá jurat, lei nívols sus leis estanhons de l'estuari, aquelei lutz per jamai cambiadissas, l'òm teniá quicòm de verai, e l'òm ausís puei que sei jorns son comptats ai nívols, ai nívols de l'ocean, qu'en 2100 n'aurián per gaire mai e qu'amb elei ne'n seriá fach de nautres, de nòstres dròlles, 8 gras subran, la vida torrada, l'eternitat exacta au soleu perpendiculari, sensa nívol, sensa nautres.

    RépondreSupprimer