Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

vendredi 7 décembre 2018

Encore un dernier tour

Les jours les plus courts sont-ils les meilleurs? j'en doute. Les caniveaux plus clairs du jaune des feuilles mortes sont des ciels inversés sous des nuages chargés de nuit. Tu sais, le monde est cul par dessus tête. Le culbuto de notre enfance pouvait pencher, son cul plombé lui garantissait tous les rétablissements, et le grelot qui tintait en lui c'était le rire d'un clown, sa chute une plaisanterie. J'ai peur à nous voir pencher pour encore dévorer la terre, pencher sur le comptoir du dernier coup pour la route, la dernière part du balthazar, j'ai peur qu'à trop aimer la pente et l'ivresse nous consentions à l'ensevelissement. Nous sommes épuisants dans un monde épuisé, glissant comme les enfants sur des toboggans tirebouchonnés, des enfants qui voudraient que jamais ne s'arrête la glissade enivrante ni le tour de manège, mais tout s'arrête et les lumières de la ducasse dans les cinq heures de décembre, c'est mensonge hélas, et rien ne dit que le cul dans le bac à sable, l'enfant puisse se relever.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Encar un torn

    Lei jorns mai corts son lei milhors ? Ne'n dobte. Lei cadaraus pus clars dau jaune dei fuelhas mòrtas son de cèus invèrs sota de niulas cargadas de nuech. O sas, lo monde es tot en trèbol. Lo culbuto de nòstra enfància se podiá clinar, son cuu plombat li garantissiá totei lei restabliments, e lo cascavèu que tindava en eu èra lo rire d'un palhassa, sa cheita una menchonada. Ai paur a nos veire se clinar per encar engolir la tèrra, clinar sus lo banc dau darnier còp per l'estirada, la darniera part dau bautezar, ai paur qu'a tròp amar lo pendís e mai l'embriaguessa, consentessiam nautres au sebeliment. Siam agotants dins un monde agot, esguilhant coma lei dròlles sus de tobogans tiratapats, de dròlles que vodrián que jamai non s'arrestèsse l'esguilh embriagant e manca lo torn de vira-vira, mai tot s'arrèsta e lei lumes de la fiera dins lei cinc oras de decembre, es meçòrga ailàs, e pas ren ditz que lo cuu dins lo bac de sabla, lo dròlle se pòsque tornar aussar.


    RépondreSupprimer