Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes
Serge Poliakoff, Composition au fond bleu, 1954, Musée des Beaux-Arts de Nantes

lundi 24 septembre 2018

Vallée de la Véronne

Ce matin revenant avec la lumière le froid comme un retour à l'ordre un aperçu d'octobre, les trois degrés affichés sur le tableau de bord et le cristal de givre bleu qui signale un danger de verglas, j'ai pris mon détour préféré, la petite route après le lieu-dit des Egyptiennes -pourquoi les Egyptiennes, je ne sais toujours pas- suivi la vallée de la Véronne dont le soleil enfin perçait les brumes claires de la rosée très blanche qui s'évapore au fond des prés. Combien de fois l'ai-je emprunté ce lacet de goudron que transperce l'herbe au centre de la voie, combien de fois ai-je marché là, j'y ai marché avec toi, Thibaud était petit, Thalie presque encore un bébé, Bastien était-il seulement né? -je ne m'en souviens pas. C'était l'été, Stéphane en était aussi de cette promenade, et d'autres fois, seul ou non, jusqu'à la fontaine Fiacre ou la chapelle Saint Firmin -c'était en mai, avec Tanguy-, dans les bois avec Andrew, sous la neige avec Laurent, tant de neige qu'il avait fallu faire demi-tour, il avait tant neigé ces années-là où tu étais tombée malade, où maman était tombée on ne sait trop comment, avait manqué d'y rester, ces années blanches et lourdes où il fut bien rare que je puisse, après les Egyptiennes, prendre mon détour préféré voir les baudets paître et les oiseaux s'envoler.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:


    Valada de Véronne

    Aqueste matin tornant amb la lutz lo frèi coma un retorn a l'òrdre un escapolon d'octòbre, lei tres gras afichats sus lo tablèu de bòrd e lo cristau de gelibre blau que senhala un dangier de verglaç, ai pres lo bestorn que mai m'agrada, lo pichòt camin après l'endrech dich deis Egipcianas - perqué leis Egipcianas, sabe totjorn pas - seguit la valada de Véronne que son soleu fin finala perçava lei foscas claras de l'aigalh fòrça blanc que s'esvapora au fons dei prats. Quant de còps l'ai pres aqueste viravòut de betum que transpèrça l'èrba au centre de la via, quant de còps ai çai caminat, i ai caminat amb tu, Thibaut èra pichòt, Thalie quasi encar un bambin, Bastien èra-ti solament nat ? - me remembre pas. Èra l'estiu, Stéphane n'èra tanben d'aquesta passejada, e d'autres còps solet ò non, fins a la fònt Fiacre ò la capèla Sant Firmin - èra en mai amb Tanguy-, dins lei bòscs amb Andrew, sota la nèu amb Laurent, tant de nèu que s'èra caugut entornar, aviá tant calat nèu aquesteis ans d'ailà qu'èras venguda malauta, que mamà èra tombada sabèm pas tròp coma, aviá mancat de s'i istar, aquesteis ans blancs e mai pesants onte fuguèt ben rare que posquèsse, après leis Egipcianas, prendre lo bestorn que mai m'agrada veire leis ases pàisser e leis aucèus s'envolar.

    RépondreSupprimer