Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

mardi 21 novembre 2017

Tôt ou tard

Tu n'aimais pas ces mois où la lumière renonce, les jours brefs, de rouille, de brume et de lampadaires falots, moi peut-être plus enclin aux lichens, aux mousses, aux fougères roussies, aux brouillards accrochés jusqu'aux ponts de la Risle, ces ombres elles protègent, le monde est si violent qu'il faut prévoir des refuges, des échappements. Je pourrais chanter comme on pleure, mais je tends vers l'hiver, j'entends par là que je me terre et que je guette les signaux infimes de ton spectre, il y a de toi partout, il suffit d'être disponible, il suffit de laisser la place et luit encore un peu -mais pour combien de temps?- le yo-yo de l'enfance dont je suis reliquaire. Ils ne m'effraient plus guère ces jours de fin du monde, c'est trop tôt tu dirais de la nuit, de la maladie, du matin tragique où s'épuise l'espèce à consumer son bien. C'est trop tard depuis toujours trop tard, nul n'a sauvé personne, il n'est que de se cacher et d'attendre, le jour dernier, le goût de cendres, le couteau du boucher.

2 commentaires:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    Tard ò d'ora

    T'agradavan pas aquestei mes onte la lutz renóncia, lei jorns cortets, de rolha, de fosca e de lampadari tèrnes, ieu benlèu mai clin ai lichens, ai mofas, ai feuses rossits, ai neblassas arrancadas fins ai pònts de Risle, aqueleis ombras, elei, aparan, lo monde es tant violent que cau preveire d'assostas, d'escapas. Podriáu cantar coma se plora, mai tende vèrs l'ivèrn, vòle dire que m'entrauque e que gaire lei sinhaus infimes de ta trèva, i a de tu de pertot, basta d'èstre disponible, basta de laissar la plaça e lusís encara un pauc - mai per quant de temps ? lo iò-iò de l'enfància que ne'n siáu relicari. M'esfraian pas pus gaire aquestei jorns de fin dau monde, es tròp lèu diriás de la nuech, de la matautiá, dau matin tragic onte s'agota l'espécia a consumir son ben. Es tròp tard despuei totjorn tròp tard, degun a pas sauvat degun, i es que de s'escondre e d'esperar, lo jorn darnier, lo gost de cendras, lo cotèu dau macelier.

    RépondreSupprimer
  2. Traduction en Italien de Rosaturca. Merci à Tina:

    http://bologna40125.altervista.org/archives/1895

    RépondreSupprimer