Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

samedi 7 janvier 2017

La pluie l'absence

Il a plu, il a gelé, des aléas d'hiver, à la radio ce sont numéros d'autoroutes, camions en portefeuille et grands embouteillages givrés. Il fait un temps à écouter un vieux disque de Dire Straits, mais on n'a pas de vieux disque de Dire Straits, on cherche une vidéo, on veut se souvenir. Ils ont blanchi sous le harnais, et vieillie leur musique aussi, prévisible et bien jouée, et les mêmes défauts ces claviers qui ne savent que faire quand la guitare nous ressert sa poisseuse mélancolie entre blues et country. Sous le ciel bas givrant, le guitariste aux cheveux blancs chante d'une voix blanche aussi des espaces mornes, le désenchantement, on entend la pluie, on prend un café, on n'éteindra pas la lumière de la journée. On l'aimait bien, toi et moi, Mark Knopfler, adolescents, dans ces morceaux qui s'étiraient comme un départ de vacances chez les grands-parents. Laid back on écoutait pleuvoir sur des routes désolées, sa guitare étreignait une vie glauque qu'on ne faisait qu'imaginer. Il a plu il a gelé, je n'ai pas bougé, pas écouté jusqu'au bout Telegraph road me suis demandé ce qui manquait, ce que j'ai fini par comprendre. Tu sais, maman n'appelait jamais, il fallait lui téléphoner, sauf en ces temps de vent mauvais, d'alerte orange et de pluie fauve qui l'affolaient, là on était sûr de l'avoir, et dieu que cela m'agaçait mais aujourd'hui ce fut étrange, triste qu'elle manque à l'appel de la sorte.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    La plueja d'abséncia

    A plougut, a jalat, d'aleas d'ivèrn, a la ràdio son de numeros d'autovias, camions en pòrta-fuelh e grands embotilhatges glaçats. Fai un temps d'escotar un vièlh disc de Dire Straits, mai òm a pas de vièlh disc de Dire Straits, òm cèrca una video, òm se vòu remembrar. An blanquit sota l'arnesc, e vielhida sa musica tanben, previsibla e ben jugada, e lei meteis defèctes aquelei claviers que sabon pas qué far quand la guitara nos tòrna servir sa melanconiá pegosa entre blues e country. Sota lo cèu bas glaçant, lo guitarista dau peu blanc canta d'una votz blanca tanben d'espacis mòrnes, lo desencantament, òm ausís la plueja, òm pren un café, òm amorçarà pas lo lume de la jornada. L'amaviam ben, tu amb ieu, Mark Knopfler, adolescents, dins de morcèus que s'estiravan coma una partença en vacanças en cò dei grands. Laid back escotaviam plòure sus de camins desolats, sa guitara estrenhava una vida glauca que fasiam pas qu'imaginar. A plougut a jalat, pas escotat fins a la fin telegraph road me siáu demandat çò que mancava, çò qu'ai finit per comprene. Sas, mamà sonava jamai, li caliá telefonar, levat en aquestei temps marrits, d'alèrta aranja e de plueja fauvina que l'embaugissián, aicí òm èra segur de l'aver, e dieu qu'aquò m'atissava mai encuei fuguèt estranh e triste qu'ela manquèsse ansin au rampèu.

    RépondreSupprimer