Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

dimanche 13 mars 2016

Nos maîtres d'école

Ils sont revenus du passé, tu en aurais été heureuse, Philippe me le confirme, tu aimais, comme moi, les évoquer. Ils m'ont écrit après avoir lu les lignes qui parlaient d'eux, nos maîtres d'école, et lisant les autres textes, ils ont appris ta mort, alors ils m'ont écrit, nos maîtres d'école, et j'aurais tant aimé que tu partages ma joie de ce retour d'enfance, je sais que tu l'aurais partagée, je sais quels souvenirs nous aurions fait surgir, la classe bien sûr, le plaisir des leçons, les promenades Chemin de la Comtesse, mais pas seulement: ils étaient les parents d'Anne, ta meilleure amie et nous avons souvent passé nos mercredis chez eux. Aux mots que je lis d'eux, je les retrouve, je me souviens de leur maison à Villepreux, au Prieuré, des gâteaux de Maryse, du sourire bagué d'Anne (toi aussi, tu as porté autour des dents ces appareils qui firent la fortune des dentistes). C'est Laure leur cadette qui tapant le nom de ses parents sur Google, les a trouvé nommés ici. Elle était timide Laure, jusque dans son sourire. Reviennent alors les sorties de fin d'année au zoo de Vincennes, le rocher aux singes, les odeurs des fauves, et les animaux de verre filé que tu achetais là pour en orner ta chambre. Revient leur 4L et une journée à la Mer de sable d'Ermenonville, Anne écoutant des disques de Serge Lama, tout une enfance, notre enfance en sa lumière, et la chaleur intacte de ces gens de bien, nos maîtres d'école.

2 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Nòstrei mèstres d'escòla

    Son tornats dau passat, ne seriás estada urosa, Philippe m'o confermís, t'agradava, coma ieu, de leis evocar. M'an escrich après aver legit aquestei regas que parlavan d'elei, nòstrei mèstres d'escòla, e en legent leis autrei tèxtes, an aprés ta mòrt, amb aquò m'an escrich, nòstrei mèstres d'escòla, e auriáu tant amat que partegesses ma jòia d'aqueu retorn d'enfància, sabe que l'auriás partejada, sabe quntei remembres auriam fach espelir, la classa de segur, lo plaser dei leiçons, lei passejadas camin de la comtessa, mai mai qu'aquò : èran lei parents d'Anne, ta melhora amiga e avèm sovent passat nòstrei dimècres après-miègjorn en cò sieu. Ai mots que legissi d'elei, lei tòrne trobar, me'n sovene de son ostau a Villepreux, au Prieuré, dei pastissons de Maryse, dau sorrire anelat d'Anne (tu tanben, as portat entorn dei dents aquesteis aparelhs que faguèron la fortuna dei dentistas). Es Laura sa filha mendre que picant lo nom de sei parents sus Google leis a trobats nomenats aicí. Èra timida Laure, fins en son sorrire. Tornan lei sortidas de fin d'annada au zoo de Vincennes, la ròca dei moninas, l'odor dau ferum, e lei bèstias de veire filat que i crompavas per n'ornar ta cambra. Torna sa 4L e una jornada a la mar de sabla d'Ermenonville, Anne escotant de discs de Serge Lama, tot una enfància, nòstra enfància en sa lutz, e la calor intacta d'aquestei gens de ben, nòstrei mèstres d'escòla.
    (Traduction en Oc de Stéphane Lombardo)

    RépondreSupprimer