Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

mardi 6 février 2018

Tes collants rouges

Il a neigé sur mon toit noir, une ardoise en a glissé, le couvreur va repasser, il y a donc un hiver, un nouvel hiver sans toi, à peine si je le vois passer, j'aurais bien voulu t'entrainer, on aurait pris la pente du toit, on aurait inventé la montagne, on aurait skié comme des enfants surexcités. Tu sais la neige il y en a moins mais lorsqu'elle tombe les enfants ici se massent aux fenêtres des classes comme nous voici quarante ans, et comme nous ils souhaitent que la neige transforme le monde et fige les haleines et gomme les souillures et blanchisse le bitume, et comme nous ils crient au sortir de l'école, et comme jadis la neige estompe leurs cris, les stupéfie. Les jours de neige sont plus rares, je m'en saisis, je te les donne, tu cours vers eux, tu disparais, tu portes un kilt et des collants rouges, tu cours en fille, les chevilles semblent s'évader, les filles elles ne courent pas elles dansent, dansent autour de toi des flocons fins comme farine où disparaissent tes collants rouges.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo:
    Tei debàs roges

    A calat nèu sus mon cubert negre, una lausa n'a esguilhat, lo teulissier vai tornar, abaitan i a un ivèrn, un autre ivèrn sensa tu, a pena o vese passar, t'aguèsse vouguda estirassar, auriam pres lo pendís dau cubert, auriam inventat la montanha, auriam esguilhat coma de pichòts subrexcitats. Sas la nèu n'i a mens mai quand cala lei pichòts aicí s'amolonan ai fenèstras dei classas coma nautres aquò fai quaranta ans, e coma nautres sovètan que la nèu trasforme lo monde e entregele leis alens e goma lei bordilhas e ablanquisse lo betum, e coma nautres cridan au sortir de l'escòla, e coma una vòuta la nèu estompa sei cridas, leis estupefica. Lei jorns de nèu son pus rars, me ne'n sesisse, te lei balhe, corres devers elei, desapareisses, cargas un kilt amb de debàs roges, corres en filha, tei cavilhas semblan que s'escapan, lei filhas corron pas emai dançan, dançan a l'entorn de tu de trachèus fins coma farina ont desapareisson tei debàs roges.

    RépondreSupprimer