Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

mercredi 7 février 2018

Droite comme un I

Alors je te dessine, et tu n'es pas de l'orbe ni de la courbe, tu décourages les sottisiers de la féminité ronde, de la forme molle, tu te tiens droite, tu t'es tenue debout très tôt, tu es droite comme un I à ce qu'on dit, raide comme la justice, toi dont la vie fut si injuste, ton corps de rectitude toujours corrigea les biais, les ellipses et les géométries complaisantes. J'étais plus souple que toi, l'écrire m'étonne: puisqu'il m'est donné de vieillir, je commence à comprendre que de fait ce qui agit en nous est calcification rouille engourdissement, et les douleurs afférentes, et nous tous qui vieillissons -j'entends cela comme une chance mélancolique- nous comprenons l'air transi de Purcell autrement que les jeunes gens. Il me semble que ton corps droit, que ton corps raide à qui fut volé son enfance, comprit cet air plus vite que tous, et sut très tôt que durer ne lui serait pas donné. Tu marchas tôt, tu marchas droit, je te dessine, tu es une ligne tranchante qui scinde l'aire qu'esquissent les pas boiteux du vieux père qui te survit vautré dans la souillure et qui rondement, ment comme un arracheur de dents.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Drecha coma una I

    Amb aquò te dessenhe, e siás pas de l'òrba e manca de la corba, descoratjas lei sotisiers de la feminitat redonda, de la forma mòla, te tenes drecha, te tenguères drecha fòrça lèu, siás drecha coma una I a çò que se ditz, regda coma la justícia, ton còs de rectitude totjorn corregiguèt lei biais, leis elipsis e lei geometrias complasentas. Ère mai plegadís que tu, o escriure m'estona, bòrd que m'es donat de vielhir, comence a comprendre que de fach çò qu'agís en nautres es caucificacion rolha engordiment, e lei dolors aferentas, e nautres totei que vielhissèm - comprene aquò coma una chança malanconica - comprenèm l'ària transida de Purcell autrament que lei joves. Me sembla que ton còs drech, que ton còs regde que li fuguèt raubat son enfància, comprenguèt aquesta ària pus lèu que totei, e saupèt fòrça lèu que durar li sariá pas balhat. Caminèras lèu, caminèras drech, te dessenhe, siás une rega a talh que talha l'ièra qu'esbòçan lei pas gòis dau paire vièlh que te subreviu radassat dins lei bordilhas e que sensa retenguda mentís coma un arrancaire de dents.

    RépondreSupprimer