Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

dimanche 16 octobre 2016

Rêvé de toi

L'autre nuit j'ai rêvé de toi, c'est bizarre, moi qui ne rêve pas, ou si peu, et plus étrange encore que je m'en souvienne, mais je m'en souviens, tu n'étais plus morte, c'était très normal que tu ne le sois plus, tu l'avais été, tu ne l'étais plus, cela coulait de source, tu ne revenais pas, tu étais là de nouveau et la vie reprenait son cours et nul n'était surpris, ni joyeux, ni bouleversé, tu n'étais plus morte il fallait en profiter, nous avons fait comme si c'était l'été, sur la plage que tu aimais étendu des draps de bain tremblants de lumière et nous avons nagé dans une vague ni chaude ni froide et quand nous sommes ressortis tes enfants nous attendaient qui n'avaient pas mis la table et Thibaud portait le pyjama de Bastien, ce qui t'a surpris mais pas moi, rien ne me surprenait jusqu'à ce que prenne fin le rêve et ta présence, encore que toute la matinée ait persisté l'ombre d'un doute, le vertige de Sigismond.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Pantaiat de tu

    L'autra nuech ai pantaiat de tu, es estranh, ieu que pantàie pas, ò tant pauc, e mai estranh encar que me'n remembre, mai me'n remembre, èras pas pus mòrta, èra normau que non o siegues pus, o èras estada, o èras pas pus, aquò rajava, tornavas pas, èras mai aquí e la vida tornava prene son cors e degun èra pas susprés, ni manca joiós, ni manca boliversat, èras pas pus mòrta ne'n caliá profiechar, avèm fach coma s'èra d'estiu, sus la plaja que t'agradava estendut de lençòus de banh tremolat de lutz e avèm denedat en un maron manca frèi e manca caud e quand siam tornar sortits tei pichòts nos esperavan qu'avián pas driçat la taula e Thibaut cargava lo pijamà de Bastien, çò que te susprenguèt mai pas ieu ren me sospreniá fins que prenguèsse fin lo pantais e ta preséncia, encar que tota la matinada aguèsse persistat l'ombra d'un dobte, lo vertitge de Sigismond.

    RépondreSupprimer