L'entrée du Château

L'entrée du Château
Vieira da Silva, L'entrée du Château (1950)

mercredi 10 juillet 2019

Eté tempéré

C'est un soleil normal un soleil d'avant, exactement la lumière de juillet d'antan qui ricochait sur les flaques où nous agitions nos épuisettes, entre les rochers de Port-Lin dont le mica scintillait par à coups, une lumière qui certes avait sa violence mais qui ne brûlait pas comme il arrive que brûle le ciel de nos jours -que d'incendies dans le journal  qui incrimine des enfants, se méfier des enfants, dissimuler les allumettes, les ranger en haut des buffets, avec les bonbons, les confitures. Comment à ce compte ne pas désirer le feu? Nos enfants brûleront le monde, nous leur en avons donné le désir, leur avons montré comment faire. Mais aujourd'hui, l'air n'est pas trop rare, le ciel bleu sans trainées brunâtres, un été tempéré jurerait-on, un été  banal où l'on lit la fenêtre ouverte, il t'aurait rappelé ce jour lointain où le chat noir voulut chasser les papillons et tomba de l'étage dans le buddleia bourdonnant d'insectes -les rosiers  sous ma fenêtre bruissent d'abeilles, j'entends un merle. Pas un âge d'or, pas un soleil d'Eden, juste un jour d'été.

1 commentaire:

  1. Traduction en oc de Stéphane Lombardo :


    Estiu temperat

    Es un soleu normau un soleu d'enans, a de bòn la lutz de julhet d'autrei vòutas que rembombissiá sus lei flacas onte bolegaviam nòstres salabres, entre lei rocàs de Port-Lin que son micàs beluguejava de còp en còp, una lutz que segur aviá sa violéncia mai que cremava pas coma arriba que creme lo cèu a l'ora d'ara - que d'incendis dins lo jornau qu'incrimina de dròlles, se maufisar dei dròlles, escondre lei broquetas, lei redriçar en aut de l'armari, ambe lei bonbons, lei confituras. Coma pasmens non desirar lo fuec ? Nòstres dròlles cremaràn lo monde, li n'avèm balhat lo desideri, li avèm fach veire coma far. Mai encuei l'èr es pas tròp rare, lo cèu blau sensa estirassadas brunastras, un estiu temperat se jurariá, un estiu banau onte se legís la fenèstra dubèrta, t'aguèsse rampelat aqueu jorn luench onte lo gat negre vouguèt caçar lei parpalhons e tombèt de l'estància dins lo buddleià vonvonejant d'insèctes - lei rosiers sota ma fenèstra brusisson d'abilhas, ause un mèrle. Ren un edat d'aur, ren un soleu d'Eden, pas ren qu'un jorn d'estiu.

    RépondreSupprimer