Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

mercredi 11 juillet 2018

Retour de juin

Et puis la ronde a repris, les jours rallongés, et vos visages disparus, les rides sur l'étang glauque, les ronds dans l'eau qu'effleurent les pattes de libellules, les ailes de cousins, vos yeux fermés mais la lumière revenue que vous ne voyez plus, voilà. Il a tellement plu que les rivières ont débordé, j'ai traversé la Risle en crue, la crue n'a duré qu'une journée. Voilà que ton fils est rentré de Californie, de Chine, de Corée, je ne sais plus très bien. C'est un jeune homme mince comme un chat qui a beaucoup chassé -rassure-toi, ça va. Il est toujours un pas de côté, il confond courgette et concombre, un peu à distance du monde mais voilà c'est bien lui, ce fut bon de le voir rire et manger, de l'entendre raconter sa vie, il prend des cours de chant lyrique, il apprend le mandarin, il travaille beaucoup, il est peu payé, il repartira à la fin de l'été, il rit avec Tanguy, on boit un verre de vin, de l'Irancy mon préféré, tu l'aimais bien je crois, ton fils aussi l'a bien aimé.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo

    Retorn de santjoan

    Lo rondèu a puei représ, lei jorns tornats alongats, e vòstrei caras despareissudas, lei rugas sus l'estanh verdau, lei redonds dins l'aiga qu'aflòran lei piòtas de domaisèlas, leis alas de cosins, vòstreis uelhs barrats mai la lutz tornada que vesètz pas pus, vaiquí. A tan plougut que lei rius an versat, ai traversat Risle en aigat, l'aigat a pas durat qu'una jornada. Veja que ton fiu es tornat de Califòrnia, de China, de Corea, sabe pas pus ben. Es un jovent linge coma un gat qu'a fòrça caçat - rassegura-te, aquò vai. Es totjorn un pas de caire, mescla cogorda e cogombre, un pauc a distància dau monde, mai veja, es ben eu, fuguèt bòn de lo veire se rire e se manjar, de l'ausir contar sa vida, pren de cors de cant liric, apren lo mandarin, trabalha fòrça, es pauc pagats, tornarà partir a la fin de l'estiu, ritz amb Tanguy, bevèm un gòt de vin, d'Irancy aqueu que mai m'agrada, t'agradava plan crese, a ton fiu tanben li agradèt.

    RépondreSupprimer