Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

mercredi 9 mai 2018

Sur les dalles de lave noire

J'étais allé à Naples juste avant toi, de fait tu avais improvisé le voyage à m'entendre enthousiaste dès mon retour t'évoquer la vitalité un peu crasseuse de la moins compassée des villes -les derniers mois tu te saisissais de toutes les occasions pour partir, changer d'horizon. Je me souviens t'avoir donné les derniers conseils alors que tu étais en route pour l'aéroport et ce fut un de tes derniers voyages, dont tu revins ensoleillée. J'y suis retourné, j'aurais aimé t'en parler mais c'est ainsi je le savais, j'ai à nouveau marché sur les dalles de lave noire, je n'ai pas dansé sur le volcan, j'ai simplement glissé un soir de pluie -car un soir il a plu- sur ces dalles grasses de poussière mouillée et j'ai pensé aux rues de Casablanca après les premiers orages d'automne. J'arrive à l'âge où il faut veiller à ne pas glisser, mais je sais encore tomber sans casse -sans grâce non plus, c'est vrai. Au rythme du grand pas de Laurent qui arpente, égal, le monde, au son du rire cascadant de Tanguy qu'enchantent toutes les beautés, j'ai revu les lieux aimés, en ai découvert d'autres, et entre tous j'aurais voulu te parler d'une église, d'une sacristie peinte par Vasari, visitée par hasard, Sainte Anne des Lombards, le Compianto de terre cuite dont on reste stupéfié mais non, la vie reprend dont tu n'es plus: il faut désespérer du partage, partager avec d'autres, apprendre le bonheur sans toi, sans pouvoir te confier mes joies fragiles comme coquelicots à Paestum, se résoudre à l'évidence qu'il est urgent de vivre et doux d'aimer, qu'on peut vivre et aimer sans te trahir ni t'oublier.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Subre lei lausas de lava negra

    Ère anat a Nàpols just avans tu, de fach aviás improvisat lo viatge a m'ausir entosiaste tre mon retorn t'evocar la realitat un pauc crassosa de la mens compassada dei vilas - lei darniers mes t'arrapavas de totei leis escasenças per t'enanar, cambiar d'orizont. M'enavise t'aver donat lei darniers consèus dau temps qu'èras en camin per l'aeropòrt e fuguèt un de tei darniers viatges, que ne'n tornèras ensolelhada. I siáu tornat, m'auriá agradat de te'n parlar mai es ensin o sabiáu , ai torna caminat subre lei lausas de lava negra, ai pas dançat subre lo volcan, ai simpletament esguilhat un sera de plueja - qu'un sera plouguèt - subre aquestei lausas grassas de poussa amuelh e me siáu pensat ai carrièras de Casablanca après lei premierei chavanas d'autom. Arribe a l'atge onte cau velhar a esguilhar pas, mai sabe encar tombar sensa me ren rompre - sensa gràcia manca, es verai. Au ritme dau pas grand de Laurent que corpatàssia, egau, lo monde, au son dau rire cascavelhant de Tanguy qu'encantan totei lei belesas, ai torna vist lei luecs amats, n'ai descubert d'autres, e entre totei t'auriáu vougut parlar d'una glèisa, d'una sacrestia pintada per Vasari, visitada a l'azard, Sante Anna dei Lombards, lo Compianto de tèrra cuecha, qu'òm ne'n rèsta estupefach mai nani, la vida torna que ne'n siás pas pus : cau desesperar dau partatge, partejar amb d'autres, aprene lo bònur sensa tu, sensa te poder fisar mei jòias frèulas coma gaugalins a Paestum, se resòure a l'evidéncia qu'es urgent de viure e doç d'amar, qu'òm pòu viure e amar sensa te traïr e manca t'oblidar.

    RépondreSupprimer