Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

lundi 9 avril 2018

Je suis là

On croit -la mort de ceux qu'on aime est une amputation- mourir de la mort des chéries, des aimés, des mères au baiser d'amande, des amants aux aisselles de cassis, de toi ma soeur aux cils infinis, aux yeux indécis presque verts, on en meurt en effet, mais mourir au présent c'est vivre encore autour des plaies, sans quoi on ment et non, jamais je ne te mentirai. Te coucher sous la dalle -car j'ai dû la choisir- ce fut subir l'hiver son recommencement c'était mars pourtant, c'est en mars que souvent sont mortes les femmes que j'admire. En novembre ce fut maman. J'ai cru n'en jamais revenir du calendrier des cadavres, vingt fois seul dans la chambre j'ai replacé le tuyau d'oxygène qui lui tombait du nez, il fallait lui parler je ne savais que dire si ce n'est je suis là je l'ai toujours été. Te parler au contraire c'est l'évidence absurde, me taire ça ne me ressemble pas, mais voilà ta mort je n'en suis pas mort, je vis amputé de toi mais je vis et vivre c'est aimer encore et quelqu'un dort sur mon épaule et rit en s'éveillant et c'est comme un grelot qui dit la joie de vivre et d'aimer tout ensemble et mon seul regret toi pas là pour l'entendre.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo

    Siáu aquí
    Òm crèi - la mòrt d'aquelei qu'òm ama es una amputacion - morir de la mòrt dei caridas, deis amadas, dei maires dei bais d'ametlas, deis amadors deis aissèlas de cassís, de tu ma sòrre dei celhas infinidas, deis uelhs indecís quasi verds, òm ne morís de fach, mai morir es viure encar entorn dei plagas, que sensa aquò òm ment e non, jamai te mentirai. Te coucar sota la lausa - bòrd que ieu la deguère chausir - fuguèt subir l'ivèrn son recommençament èra març pasmens, es en març que sovent son mòrtas lei femas que qu'admire. En novembre fuguèt mair. Ai cresut jamai ne'n tornar dau calendier dei cadabres, vint còps solet dins la chambra ai replaçat lo tuièu d'oxigène qui li tombava dau nas, li caliá parlar sabiáu pas qué dire dau senon siáu aquí e o siáu totjorn agut. Te parlar a l'encontrari es l'evidéncia absurda, me tàiser aquò me sembla pas, mai vequí ta mòrt ne'n siáu pas mòrt, vive amputat de tu mai vive e viure es amar encar e quauqu'un dòrm sus mon espatla e ritz en s'esvelhant e es coma un cascavèu que ditz la gaug de viure e d'amar tot ensems e mon solet regret tu pas aquí per o ausir.

    RépondreSupprimer