Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

dimanche 25 mars 2018

Par trois fois le printemps sans toi

Ca revient, trois ans ta mort, les tulipes dans le jardin, cette année elles n'y sont pas encore, il a neigé lundi dernier, je ne suis plus que le temps qu'il fait, j'erre seul comme un nuage et les jonquilles me sont un soleil médiocre. Tu es morte avant les oiseaux, mon aérienne, il n'y a plus guère d'alouettes dans les champs à l'aplomb de leurs nids, plus de chants d'alouettes au dessus des champs, tu es morte avant, toi aussi tu volais droit et haut, tu chantais faux, je sais pourquoi et qui a brisé l'harmonie. Il n'y en a plus pour longtemps dans un monde sans moineau ni passereau, pourtant je voudrais vivre encore et chanter le printemps même si ce n'est plus qu'un leurre, un décor peint par Monsanto -on sait le nom des assassins. La lumière revient pourtant frapper mes carreaux, tu sais c'est con mais j'aime encore, quelqu'un que j'aime, un lyrique un ténor, une hirondelle, l'oiseau de bon augure dont je voudrais qu'il fasse le printemps.

2 commentaires:

  1. Tres còps la prima sensa tu

    Aquò tòrna, tres ans ta mòrt, lei tulipans dins lo jardin, ongan i son pas'ncar, a calat nèu diluns passat, siáu pas pus que lo temps que fai, barutle solet coma una nívol e lei jonquilhas me son un soleu mejancier. Siás mòrta enans deis aucèus, mon aeriana, i as pus gaire de lausetas dins lei camps a l'aplomb de sei nius, pas pus de cant de lauseta au subre dei camp, siás mòrta enans, tu tanben volavas drech e aut, cantavas faus, sabe perqué e quau a romput l'armonia. N'i as pus per gaire dins un monde sensa passerat ni mai quinson, vodriáu pasmens viure encar e cantar la prima e mai es pas pus qu'un simbèu, un decòr qu'a pintat Monsanto - sabèm lo nom deis assassins. La lutz tòrna pasmens picar mei carrèus, sabes es colhon mai ame encar, quauqu'un qu'ame, un liric un tenòr, una arendola de bòn auguri que vodriáu que faguèsse la prima.


    RépondreSupprimer