Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

jeudi 1 février 2018

Neige et laine

Dans l'hiver, le souffle des jours courts, la pluie, la pluie, la pluie, il pleut depuis des mois, sur le soleil, sur le froid, la pluie s'abat, tu n'aimerais pas ça, nos hivers d'enfants brillaient de gelées cristallines, et nos rires semblaient infinis quand la nature durcie les renvoyait par échos, bien au delà de la buée pétrifiée qui sortait de nos lèvres. Nous avons connu les doigts rouges et gourds crispés sur des boules de neige, ce n'était pas tous les ans, mais tout de même, la neige tombait plus souvent qui étouffait nos cris d'enfants excités -la neige excite les enfants, c'est un fait d'évidence, la neige métamorphose, la neige surprend, la neige suspend. Nous sortions sur la place, et sous nos vêtements, nous portions des collants de laine que nous imposait maman, ces collants nous les détestions. Maman, elle était de ces mères qui ont toujours froid pour leurs enfants, jamais avare d'une épaisseur supplémentaire, nous fûmes des enfants couverts, des enfants couvés, cagoules, moufles, écharpes interminables, des enfants enveloppés, laineux, tricotés. Elle est lointaine cette enfance où le froid pouvait faire pleurer et rire en même temps des mouflets emmitouflés, les joues pommes d'api, les yeux brillants d'une fièvre de santé.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    Nèu e lana


    Dins l'ivèrn, lo buf dei jorns corts, la plueja, la plueja, la plueja, plòu despuei de mes, subre lo soleu, subre lo frèi, la plueja s'encala, t'agradariá pas aquò, nòstreis invèrns de pichòts brilhavan de gelarèias cristalinas, e nòstrei rires pareissián infinits quand la natura durcida lei remendava per resson, ben delà la vapor petrificada que sortiá de nòstrei labras. Avèm coneissut lei dets roges e gords crispats sus de bolas de nèu, èra pas totei leis ans, mai totun, la nèu calava mai sovent qu'estofava nòstrei crids de pichòts atissats - la nèu atisse lei pichòts, es un fach d'evidéncia, la nèu metamorfòsa, la nèu suspren, la nèu suspen. Sortièm sus la glaça, e sota nòstrei vestiments, cargaviam de debàs de lana que nos impausava mair, aquestei debàs lei detestaviam. Mair, èra una d'aquestei maires qu'an totjorn frèi per sei pichòts, jamai racha d'una espessor de mai, fugueriam de pichòts tapats, de pichòts coats, cagolas, mitas, mandius interminables, de pichòts envelopats, lanós, tricotats. Es luencha aquesta enfància que lo frèi i podiá far plorar e rire parier de drollons estaponats, lei gautas en pomas d'apí, leis uelhs brilhants d'una febre de santat.

    RépondreSupprimer