Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

dimanche 21 janvier 2018

C'est déjà ça

J'apprends lundi, tu en aurais ri, ce que ton rire manque, que cette année mes cinquante-cinq ans tombent au pire moment, c'est le blue monday puisqu'il faut donner dans notre monde gris une couleur au jour, c'est un jour de mélancolie, l'hiver, l'après fêtes, l'absence de lumière, un lundi, ce qui se dit, le creux du fond du trou c'est mon anniversaire, il pleut depuis des mois, j'en ris faute de ton rire, je prends tout ça à la légère, j'ai toujours su ça mieux que toi. Tu avais l'anniversaire difficile, septembre et rentrée des classes, petite tu trouvais injuste que la fête soit ainsi non pas gâchée mais ternie par l'odeur d'encre et de craie, pourtant tu aimais l'école et les maîtres, une élève modèle, mais que ton anniversaire pâtisse de la rentrée, c'était dur de l'accepter, la vie était injuste, tant de preuves te le confirmaient. Lorsque que tu pris quarante ans (ici les années on les prend), ce fut comme révolte sourde, tu en eus de l'humeur, tu fus désagréable, je n'avais pas compris pourquoi, moi la quarantaine m'avait glissé dessus sans que je m'inquiète de mes rides ni de mon embonpoint, le temps sur moi je n'y pouvais rien, ce n'était pas grave, pour toi si, et pourtant tu gardais la ligne. Morte à cinquante ans -j'ai vécu cinq ans que tu ne connaîtras pas- quelques jours avant tu m'as dit c'est beaucoup trop tôt pour mourir, je l'ai déjà dit, mais je vieillis, radoter un peu c'est vieillir, tu disais aussi -cette phrase amère qui fait monter mes larmes- tu disais aussi vieillir c'est déjà ça.

3 commentaires:

  1. bon cinquante cinq ans donc, avec un jour d'avance si je comprends bien, très jeune homme - et, sait-on jamais, peut-être en bleu ou blanc lumineux

    RépondreSupprimer
  2. C'était de fait avec presque une semaine de retard... Et pour ce lundi un déluge de pluie, la rue boueuse, l'eau café au lait.

    RépondreSupprimer
  3. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    Es ja aquò

    Aprene diluns, n'auriás riut, quant manca ton rire, qu'ongan mei cincanta-cinc ans tomban au moment pièger, es lo blue monday bòrd que cau balhar dins nòstre monde gris una color dau jorn, es un jorn de malanconiá, l'ivèrn, l'après fèstas, l'abséncia de lutz, un diluns, çò que se ditz, lo cau dau fons dau trauc es mon anniversari, plòu despuei de mes, ne'n rise fauta de ton rire, prene tot aquò a la bòna, ai totjorn sauput aquò mielhs que tu. Aviás l'anniversari que veniá a mau, septembre e rendrada dei classas, pichòta trobavas injuste que la fèsta fuguèsse ensin non pas gastada mai passida per l'odor de tinta e de greda, pasmens t'agradavan l'escòla emai lei mèstres, una escolana modèla, mai que ton anniversari patiguèsse de la rentrada, veniá a mau de l'acceptar, la vida èra injusta, tantei pròbas t'o confermavan. Quand prenguères quaranta ans (aicí se prenon leis annadas), fuguèt coma una revòuta sorda, n'aguèras d'umor, fuguèras desagradiva, aviáu pas comprés perqué, ieu la quarantena m'aviá esguilhat subre sensa que m'inquietèsse de mei rugas e nimai de ma tripa, lo temps sus ieu i podiáu pas ren, èra pas grèu, per tu si, e pasmens restavas linja. Mòrta a cincanta ans - ai viscut cinc ans que non coneisseràs - quauquei jorns abans me diguères es fòrça tròp lèu per morir, o ai ja dich, mai vielhisse, repapiar un pauc es vielhir, disiás tanben - aquesta frasa amara que me fai pujar lei lagremas - disiás tanben vielhir es ja aquò.

    RépondreSupprimer