Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

samedi 13 janvier 2018

Le temps l'oubli

Et dans la nuit prolongée du chagrin des filles, des femmes qui sont la nuit déchirée par les phares blancs des hommes, dans la violence intrinsèque à ce monde où l'on jouit et tue d'un seul geste, la stupeur d'être, mais pas du clan des chasseurs. L'horreur de te savoir absente, rendue au rien, et le dégoût recommencé à l'idée que le père va bien, qu'il te survit pépère, qu'il travaille pénard à l'oubli, que ta mort n'a pas suffi à l'accabler pour son crime. L'oubli auquel il travaille, artisan virtuose de la mauvaise foi, t'ensevelit toi l'enterrée dans le silence qu'il génère: il a le temps pour lui, le temps travaille à l'oubli, le temps t'ensevelit, le père, c'est un petit Chronos minable, rabougri, qui voudrait digérer jusqu'à ton souvenir, t'ensevelir d'un temps plus épais que la terre, et je n'ai que des pierres contre son appétit. Je lapide le temps pour que tu me reviennes au hasard des odeurs, des lumières, des étoffes, mais tu me reviens moins, je crains que ta lumière s'éteigne tout à fait avec la mienne, tout à fait étouffée par l'étoupe du temps -C'est la vie, disent les imbéciles- avec la mienne quand me frappera l'aile, quand le souffle me manquera, quand de ma cervelle épuisée nul pli ne recèlera plus le moindre signe de toi.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Lo temps l'oblid

    E dins la nuech esperlongada dau chagrin dei filhas, dei femas que la nuech desfelengan lei fares blancs deis òmes, dins la violéncia intrinsèca a n'aqueste monde que s'i gaudís e tua d'un gèste solet, l'estupor d'èstre, mai pas dau clan dei caçaires. L'orror de te saupre absenta, renduda au nonren, e lo desgust tornarmai commençat a l'idea que lo paire vai ben, que te subreviu tranquille, qu'òbra pais a l'oblid, que ta mòrt non a pas basta a lo cargar per son crimi. L'oblid que i òbra, artesan virtuòsi de la marrida fe, te sebelís tu l'enterrada dins lo silenci qu'a generat ; a lo temps per eu, lo temps òbra a l'oblid, lo temps te sebelís, lo paire, es un pichòt Cronòs minable, rabrugat, que vodriá digerir fins qu'a ton remembre, te sebelir d'un temps mai espés que la tèrra, e ai pas que de pèiras còntra son apetit. Lapide lo temps per que me tòrnes a l'azard deis odors, dei lutz, deis estòfas, mai me tòrnas pas tant, crenhe que ton lume s'amòrce d'a fons amb lo mieu, d'a fons estofat per l'estopa dau temps - Es la vida, dison lei nècis - amb lo mieu quand me picarà l'ala, quand me mancarà lo buf, quand de mei cervèus agots ges de plec non cauprà pus lo mendre signe de tu.

    RépondreSupprimer