Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

lundi 8 janvier 2018

Eleanor à Houlgate

Il a venté il a plu, des tempêtes aux noms de femmes ont traversé le pays, Eleanor a tué cinq personnes, une perdue en Seine, une noyée en Saône, un vieux écrasé sous un arbre, un imprudent tombé du toit, moi ça va, quelques heures sans électricité, sans téléphone, sans internet, ce n'est pas la mort on attend c'est tout, on rajoute un pull, on prend la voiture et l'on va vers la mer voir l'écume et le sable empiéter sur la route. Le cinquième mort, je ne sais plus, il a venté il a plu, branches brisées, tuiles perdues, bancs de la promenade avalés par la plage, des vagues jusqu'au casino fermé, rien ne va plus. Tu aimais sortir quand le vent soufflait, quand le vent ne portait pas encore des noms de femmes, je sors toujours, tu ne peux plus.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Eleanòr a Houlgate

    A ventat a plougut, de chavanas dei noms de femas an traversat lo país, Eleanòr a amaçat cinc personas, una perduda en Sèina, una negada en Saône, un vièlh pistat sota un aubre, un imprudent tombat dau cubèrt, ieu vai, quauqueis oras sensa electricitat, sensa telefòn, sensa ret, es pas la mòrt, òm espera e basta, òm ajusta un pull, òm pren la veitura e l'òm vai devers la mar veire l'escuma e la sabla encambar sus lo camin. Lo cinquen mòrt, sabe pas pus, a ventat a plougut, brancas rompudas, teules perduts, bancs de passejada que s'es manjada la plaja, de marons fins au casinò barrat, ren non vai pas pus. T'agradava de sortir quand bufava lo vent, quand lo vent portava pas'car de noms de fema, sòrte totjorn, pòdes pas pus.

    RépondreSupprimer