Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

lundi 18 décembre 2017

Pas si grise mine

On reprend le cours des choses fadement croit-on, à l'anglaise on s'efface, on file un fondu au gris, c'est déjà ça croit-on, le gris n'est plus si noir, les jours si courts qu'ils ne peuvent que rallonger donneraient presque espoir mais l'espoir tourne court, ta vie peut en témoigner. N'empêche, il suffit d'un mauvais soleil à dix heures en décembre, un brouillard moins dense, on en ronronnerait comme un vieux chat sur un bord de fenêtre, un peu de lumière et c'est reparti, ça repart toujours croit-on, on a tort de croire mais parfois c'est bon. On pousse la machine, on s'ébroue, on se dit que finalement ces jours aussi tu les aurais pris, pour gris qu'ils soient, tu les aurais pris avec joie.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Pas tant grisa cara

    Òm torna au cors dei causas, doçàs se crèi, a l'englesa òm s'escafa, òm fiela un fondut au gris, es ja aquò, qu'òm se crèi, lo gris es pas pus tant negre, lei jorns tant corts que pòdon pas pus que se tornar alongar balharián quasi esper mai l'esper vira cort, ta vida ne'n pòu testimoniar. Empacha pas, basta d'un marrit soleu a detz oras en decembre, una nebla mens densa, òm ne'n ronronejariá coma un vièlh gat sus un bòrd de fenèstra, un pauc de lutz e zo, mai, torna totjorn partir, qu'òm se crèi, òm a tòrt de creire mai de còps es bòn. Òm abuta la mecanica, òm s'esbrofa, òm se dtiz que fin finala aquestei jorns tanben leis auriás pres, per gris que fuguèeson, lei te seriás pres amb jòia.

    RépondreSupprimer