Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

dimanche 24 décembre 2017

Alors noël

J'ai passé les jours les plus courts, le plus clair de ma vie, je reste étonné sur le bord, surpris, ta mort je ne m'en suis pas remis mais je n'en suis pas mort, je te survis un peu transi, pas plus fort. Je me réveille ce matin, c'est un nouveau noël sans toi, déjà qu'avec je n'aimais pas alors sans, je ne t'en parle pas -je te parle pourtant. C'est étrange cependant, j'ai acheté un sapin, j'ai ressorti les rubans et les boules de verre, la guirlande aux petites ampoules blanches, sur le carton quinze ans de poussière, oh, un petit sapin, pas de ceux de jadis, tu vivrais tu sourirais, je n'en dis pas plus, tu aurais compris ce que ça signifie, tu te serais réjouie du signe, et patiente tu aurais attendu des jours plus longs. Ce qui manque aujourd'hui ce n'est pas tant le Réveillon que ta vue claire, et la joie que tu aurais de me deviner, comme à livre ouvert.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:


    Amb aquò Calendas

    Passère lei jorns pus corts, lo pus clar de ma vida, demòre estonat sus lo bòrd, susprés, ta mòrt ne'n siau pas remés mai ne'n siau pas mòrt, te subrevive un pauc trampelat, pas mai fòrt. Me desvelhe aqueste matin, son mai Calendas sensa tu, ja qu'amb m'agradava pas amb aquò sensa, te'n parle pas - te parle pasmens. Es pura estranh, ai crompat un sap, ai tornat sortir lei rubans amb lei bolas de veire, la guirlanda dei pichòtas ampolas blancas, sus lo carton quinze ans de poussa, òu, un pichon sap, pas d'aquelei d'un viatge, viurias soguinharias, ne'n dise pas mai, aurias comprés çò qu'aquò sinhifica, te serias regaudida dau sinhe, e pacienta aurias esperat de jorns pus lòngs. çò que manca uei es pas tant lo Cachafuec coma ta vista clara, e la gaug qu'aurias de me devinhar, coma a libre dubèrt.

    RépondreSupprimer