Vue de la fenêtre

Vue de la fenêtre
Vue de la fenêtre, H.C. 2018

samedi 30 septembre 2017

La sieste est terminée

La grand-mère au chignon érectile nous accueillait avant son édification, en cheveux, au petit déjeuner, nous faisait manger dans la cuisine de la grande villa où le soleil donnait déjà sur le petit escalier de granit. Combien d'épingles pour ce chignon-là? Une broche pour fermer mieux encore le chemiser surboutonné, un sourire mesuré: elle était habillée. Notre mère était fatiguée, notre mère devait se reposer, il était trop tôt pour se baigner -cette famille de médecins, cette famille malade craignait l'hydrocution. La sieste de maman, la grand-mère au chignon cendré y veillait comme lait sur feu (nous étions le feu?) et du déjeuner jusqu'à trois heures, pour une éternité nous étions confinés dans notre chambre, voués à l'ennui, sommés au silence: la grand-mère au chignon sans toupet avait l'autorité taiseuse. Et, enfants dociles nous attendions entre livres et chuchotements que maman nous revienne de son sommeil, de cette fatigue dont clairement nous étions coupables, et ce confinement la punition de notre faute originelle. Le malheur de maman, j'entends son malheur de femme, les crimes du père, on ne sut jamais ce que, sous le chignon argenté, la grand-mère en pensait. Tu sais, je crois qu'au fond, elle pensait peu mais défendait le noeud de vipères qu'elle avait engendré.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo

    Lo penec es acabat

    La mairgrand au tinhon erectiu nos aculhiá amb son edificacion, en cheveux, au merendon dau matin, nos fasiá manjar dins la cosina de la granda villà ont lo soleu donava ja sus la pichòta escalinada de granit. Quant d'esplingas per aqueste tinhon ? Una bloca per barrar mielhs encara lo camisier subrebotonat, un soguinhe mesurat. Nòstra maire èra lassa, nòstra maire se deviá pausar, èra tròp d'ora per se banhar - aquesta famlha de mètges, aquesta familha malauta crenhiá l'idrocucion. Lo penec de mamà, la mairgrand dau tinhon cendrat i velhava coma au lach sus lo fuec (eram nautres lo fuec ?) e dau dinar fins a tres oras, per una eternitat eram confinats dins nòstra chambra, vodats a l'enuei, escomés au silenci ; la mairgrand dau tinhon sensa tufet aviá l'autoritat paucparlaira. E, dròlles dèules esperaviam entre libres e barbotiments que mamà nos tornèsse de son sòm, d'aqueste lassitge que clarament n'eram copables, e aqueste confinament la punicion de nòstra fauta originala. Lo malur de mamà, vòle dire son malur de fema, lei crimis dau paire, jamai s'es sauput çò que, sota lo tinhon argentat, la mairgrand ne'n pensava. Sas, crese qu'au fons, pensava pauc mai desfendiá lo grop de viperas qu'ela aviá engendrat.

    RépondreSupprimer