Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

dimanche 15 janvier 2017

En vain le vent

J'avais préparé des bougies pour le cas où. La lumière c'est fragile, l'électricité ne tient qu'à un fil par les campagnes éventées, sans ce fil, point d'étincelle pour la chaudière, pas de téléphone, pas de rougeur sur les plaques de la cuisinière, j'étais prêt pour une vanité moderne, une leçon domestique de ténèbres. Or non, deux minutes de nuit, pas le temps de battre le briquet, je n'ai pas eu à moucher les chandelles que je n'ai pas utilisées, ton ombre n'a pas dansé sur les murs, j'ai oublié ma méditation d'homme aliéné dans l'hiver, Jérusalem ne s'est pas tournée vers son dieu et Laurent n'a pas entendu son cerisier tomber dans la tempête (il a pourtant bien chu). J'ai pensé à Vannes, au vent sur le golfe, à toi les cheveux dans le vent, j'ai pensé à maman qu'inquiétaient les intempéries, et j'ai souri quand sa soeur a appelé de Suisse inquiète de mon toit qui ne m'inquiète pas, c'était si gentil mais je ne crains rien car je n'ai plus personne à perdre, vous ayant perdues.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    En van lo vent

    Aviáu alestit de candelas en cas que. Lo lume es fragile, l'electricitat ten pas qu'a un fiu per lei campanhas ventosas, sensa aqueu fiu, ges de beluga per la caudiera, pas de telefòn, pas de rojor sus lei placas de la cosiniera, ère lest per una vanitat modèrna, una leiçon domestica de tenèbras. E nani, doas minutas de nuech, pas lo temps de batre lo briquet, ai pas agut de mocar lei candelas qu'ai pas utilizadas, ton ombra a pas dançat sus lei parets, ai oblidat ma meditacion d'òme alienat dins l'ivèrn, Jerusalèm s'es pas virada vers son dieu e Laurent a pas ausit sa ceriera chaire dins la tempèsta (e pasmens es ben tombada). Ai pensat a Vanas, au vent sus lo gòu, a tu lo peu dins lo vent, ai pensat a mamà que s'inquietava dei destempradas, e ai soguinhat quand sa sòrre a sonat de Soissa inquieta de mon cubèrt que ieu m'inquieta pas, èra tant gent mai crenhe ren bòrd qu'ai pus degun de perdre, vos aguent perdudas.

    RépondreSupprimer