Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

samedi 17 décembre 2016

Perdre le goût

Elle ne me l'a pas donnée, pas plus qu'à toi, la recette du pâté de lapin qu'elle préparait pour Noël, le pouvait-elle? La recette changeait chaque année, mais c'était toujours la même saveur et pour elle, la même crainte du raté. Il fallait de la gorge de porc, c'était difficile à trouver, les charcutiers rechignant à la vendre, ils préfèrent la garder pour leurs propres terrines, elle s'obstinait. Un lapin entier à désosser, faire mariner. Au cognac originel, elle substitua souvent du whisky, du brandy portugais, de la grappa, ce qu'il restait dans le placard en fait d'alcool et ça ne changeait rien. Deux feuilles de laurier, de la gelée au madère, ne pas trop mixer les morceaux, des terrines de terre, des bardes grasses et blanches, les proportions comme ci comme ça, la cuisson comme hasardée, dont une pointe de couteau au coeur du pâté sondait le degré, la pincée de sel cruciale, tout dans son geste tremblait d'incertitude, et ses scrupules recommencés nous faisaient sourire car nous savions toi et moi, qu'en dépit des variantes, et peut-être grâce à elles, maman nous servirait pour Noël ce pâté à la saveur exacte de l'enfance, et le goût nous le connaissions d'avance, et pour rien au monde nous n'y aurions renoncé.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Perdre lo gost

    Me la balhèt pas, pas mai qu'a tu, la recepta dau pastís de coniu qu'alestissiá per Calendas, o podiá ? La recepta cambiava cada annada, mai èra totjorn la pariera sabor e per ela, la pariera crenta dau mancat. Caliá de gavalh de pòrc, veniá a mai de ne'n trobar, lei carnsaladiers reganhant a o vendre, i agrada mai d'o gardar per sei terrinas a elei, e ela s'obstinava. Un coniu entier a desossar, metre a muelh. Au conhac d'origina, susbstituèt sovent de oisquí, de brandy portugués, de grappa, çò que subrava dins lo cafoforcho en mena d'arcòl e aquò li cambiava pas ren. Doas fuelhas de baguier, de gelarèia au madère, non mixar lei morcèus, de terralhas de tèrras, de bardas grassas e blancas, lei proporcions d'aquí d'alhà, la cueisson coma a l'azard Bautezar, amb aquò una poncha de cotèu au còr dau pastís sondava lo gra, lo peçuc de sau cruciau, tot dins son gèste tremolava d'incertitud, e seis escrupules tornats nos fasián sorire bòrd que sabiam tu e ieu, que maudespieg lei variantas, e benlèu gràcias a elas, mair nos serviriá per Calendas aqueste pastís a la sabor exacta de l'enfància, e lo gost lo coneissiam d'avança, e per ren au monde l'auriam pas renonciat.

    RépondreSupprimer