Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

vendredi 25 novembre 2016

Il faut

C'est à mon tour de glisser dans des enveloppes les actes de décès, les photocopies du livret de famille, les coordonnées du notaire. Chaque feuille pèse, chaque timbre détaché est un arrachement. Il faut répondre aux lettres de condoléances, il faut reprendre le travail, il faut se plier aux devoirs qui seuls me tiennent, il faut puisque je ne veux plus rien. Tu n'auras pas connu le deuil répété, les morts ne pleurent pas les morts, les morts manquent tu manques comme manque maman. Le diacre s'est trompé dans la sottise de sa foi, qui prétendait qu'Armelle avait rejoint Flavie là-haut, dans la lumière, c'est faux, s'il vous est un lieu commun, c'est l'absence en nous creusée par vous mes mortes, c'est ce trou sans fin qui me ronge, que je m'échine à cerner de la ronde insensée des souvenirs des images des visages et des peaux. Ton cou mince comme un cheveu, tes cils démesurés, la bouche ouverte de maman dans l'effort d'un autre souffle, la pluie qui nous trempa Laurent Philippe et moi dans la nuit de novembre, les ongles rongés de l'employé des pompes funèbres, le chant faux des vieilles bigotes, il faut faire avec ce magma, c'est à dire faire sans vous, vous survivre, reprendre la ronde, attendre mon tour.

1 commentaire:

  1. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo:

    Cau

    Es a mon torn de botar dins leis envelòpas leis actes de decès, lei fotocòpias dau libret de familha, leis entresinhes dau notari. Cada fuelh pesa, cada sagèu destacat es un arrancament. Cau respòndre ai letras de simpatia, cau tornar prene lo trabalh, se cau plegar ai devers que solets me tenon, cau dau moment que vòle pus ren. Auràs pas coneigut lo dòu repetit, lei mòrts ploran pas lei mòrts, lei mòrts mancan mancas coma manca mair. Lo diacre s'es enganat dins la bestiesa de sa fe, que pretendiá qu'Armelle aviá rejonch Flavie damont, dins la lutz, es faus, se vos es un luec comun, es l'abséncia en nautres qu'avètz cavat vautrei, mei mòrtas, aqueu trauc sensa fin que me rosiga, e que m'esquine a destriar dau rondèu insensat dei remembres dei caras e mai dei pèus. Ton còu linge coma un pèu, tei cilhas desmesuradas, la boca dubèrta de mair dins l'esfòrç d'un autre buf, la plueja que nos trempèt Laurent Philippe amb ieu dins la nuech de novembre, leis onglas rosigadas de l'emplegat dei pompas funèbras, lo cant faus dei vièlhs prèga-dieus, cau far amb aqueste magma, valent a dire far sensa vautrei, vos subreviure, tornar prene lo rondèu, esperar mon torn.

    RépondreSupprimer