Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

dimanche 18 septembre 2016

Recueillir

Ils sont allés, tes beaux-parents, le jour de ton anniversaire, fleurir ta tombe, se recueillir comme on dit, ta tombe je ne vais jamais la voir, en cela semblable à Philippe, ta tombe nous est insupportable, elle est le lieu du monde où tu n'es pas. Tu es à Conleau, tu es dans chaque pièce de la maison de Vannes, tu es à Honfleur où tu naquis, tu seras rue des coquillages quand le courage me revenant je retournerai au Croisic. Tu prends part aux visages de tes enfants, j'y retrouve tes expressions, je ne leur dis pas, ne pas peser sur leur bel effort d'être eux-mêmes, d'être heureux après toi. Je ne me recueille pas, je recueille, je te retrouve par instants, telle saveur, telle lumière, celle du musée du Havre où nous avions vu les rivages de Staël lors de ton dernier été. Et, les jours gris comme ce dimanche, c'est vers l'enfance que je me penche, ton enfance toujours vivante en moi.

2 commentaires:

  1. Traduction en italien de Rosaturca. Merci à elle de tout coeur.

    http://bologna40125.altervista.org/archives/1461

    RépondreSupprimer
  2. Traduction en Oc de Stéphane Lombardo, merci à lui, à sa fidèle amitié.

    Lo remendier

    Son anats, tei bèus-parents, lo jorn de ton anniversari, florir ton tomb, se reculhir, coma se ditz, ton tomb lo vau jamai veire, en aquò parier a Philippe, ton tomb nos es insuportable, es lo luec dau monde que i siás pas. Siás a Conleau, siás dins cada membre de l'ostau de Vanas, siás a Honfleur que i nasqueres, seràs camin dei coquilhatges quand lo coratge me tornant ieu tornarai au Croisic. Prenes part ai caras de tei pichòts, i tòrne trobar teis expressions, li dise pas, non pesar sus son bèl esfòrç d'èstre se, d'èstre urós après de tu. Me recuelhe pas, recuelhe, te tòrne trobar per momenet, tala sabor, tala lutz, aquesta dau musèu dau Havre que i aviam vist lei ribas de Staël dau temps de ton darnier estiu. E, lei jorns gris coma aquest dimenge, es devers l'enfància que me cline, ton enfància totjorn viva en ieu.

    RépondreSupprimer