Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

dimanche 12 juin 2016

Se méfier du soleil

Retourner à Vannes, ne pas t'y retrouver, c'est frapper le lieu d'irréalité. Ta chambre, le jardin, les rues aux murs de pierres tremblants de polypodes, les lézards gris les lézards verts, le port en contrebas les échos du bagad, Philippe, les enfants, tout te survit, le golfe indifférent, je te survis je ne sais pas comment. Les saveurs sont inchangées, la lumière semble éternelle qui ruisselle sur les îles où nous aimions marcher, les plages bien cachées où tu aimais tant nager, où te méfiant du soleil -il faut se méfier du soleil- tu ne demeurais jamais longtemps.J'arpente l'inchangé, je vérifie, incrédule, ton absence, et ce sentiment insensé que ce n'est pas toi qui est morte, mais que le monde te cache et me ment, comme il me ment le monde en te cachant, comme le soleil t'efface, comme ils sont cruels les rires des enfants sous les remparts de Vannes où tu manques absolument.

1 commentaire:

  1. Se maufisar dau soleu

    Tornar a Vannes, t'i tornar trobar pas, es picar lo luec d'irrealitat. Ta chambra, lo jardin, lei carriera dei barris de pèiras tremolant de polipòds, lei renglòras grisas e lei renglòras vèrdas, lo pòrt enavau, lei ressons dau bagad, Philippe, lei pichòts, tot te subreviu, lo gòu indiferent, te subrevive, sabe pas coma. Lei sabors an pas cambiat, la lutz parèis eternala que raja sus leis isclas ont nos agradava de caminar, lei plajas ben escondudas ont t'agradava tant de denedar, ont, te maufisent dau soleu - se cau maufisar dau soleu - demoravas jamai longtemps. Corpatàssie l'incambiat, verifique, incredule, ton abséncia, e aqueu sentiment insensat que siás pas tu que siás mòrta, mai que lo mond t'escond e me mentís, coma me mentís lo mond en t'escondent, coma lo soleu t'escafa, coma son crudèus lei rires dei pichòts sota lei barris de Vannes ont de tu me languisse d'a fons.
    (Traduction en Oc de Stéphane Lombardo)

    RépondreSupprimer