Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

samedi 19 mars 2016

Présence sensible

C'est donc aujourd'hui. Mais non rien ne se boucle, et autant te le dire, parler du jour de ta mort comme d'un anniversaire m'est impossible, pas plus que je ne considère la formule convenue qu'on m'assène parfois: non je ne fais pas mon deuil. T'écrire c'est maintenir un lien vivant, les couleurs acides de l'enfance passées par le filtre des diapositives, c'est saisir à l'occasion un retour qui fait mouche, saisir ce qui me saisit dans l'air et me ramène à toi, ta façon bien particulière d'affirmer c'est n'importe quoi, ton sourire fêlé de fossettes, tes cheveux, cet épi qui blondissait l'été, la couleur indécise de tes yeux noisette un peu verte, tu demeures inscrite dans le monde sensible, j'entends par-là qu'à chaque instant le moindre coup de vent, la fleur courbée vers le talus, l'odeur du poisson frais, le soleil qui perce l'averse, le reflet d'un nuage sur une mare, les Litanies de la Vierge de Charpentier, un morceau de pain trempé dans une fondue fribourgeoise, la chair sanglante d'une pêche de vigne, la guitare de George Harrison, une toile de Veira da Silva ou un verre d'Irancy, à chaque instant, dis-je, une sensation peut surgir, se déployer, se déplier, te faire revenir, et moi reconnaissant, te reconnaissant, de t'accueillir.

1 commentaire:

  1. Es doncas uei. Amai, ren se bocla pas, e tant vau o dire, parlar dau jorn de ta mòrt coma d'un anniversari m'es impossible, pas mai que considere la formula convenguda que me'n matrassejan de còps : nani, fau pas mon duelh. T'escriure es mantenir un ligam viu, lei colors acidas de l'enfància passadas per lo filtre dei diapositivas, es arrapar a l'escasença un retorn que ven a talh, arrapar çò que m'arrapa dins l'ària e me tòrna a tu, ton biais ben particular d'afortir qu'es que qué siegue, ton sorrire fendasclat de cocomets, ton peu, aquesta espiga que blondissiá d'estiu, la color indecisa de teis uelhs avelana un pauc verda, demòras inscricha dins lo monde sensible, vòle dire amb aquò qu'a cada moment lo còp de vent pus pichòt, la flor clinada vers lo ribàs, l'odor dau pèis fresc, lo soleu que trauca la chavana, lo rebat d'una nívol sus una gaulha, lei Litanies de la Vierge de Charpentier, un morcèu de pan trempat dins una banha friborgesa, la carn saunejanta d'un persegue de vinha, la guitara de George Harrison, una tela de Veira da Silva ò un gòt d'Irancy, a cada moment, dise, una sensacion pòu sorgir, se desplegar, te far tornar, e ieu reconeissent, te coneissent, de t'aculhir.
    Traduction en oc de Stéphane Lombardo

    RépondreSupprimer