Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

samedi 17 octobre 2015

Dévaler la nuit

Toutes les heures de la nuit sont autant d'aubes où je me lève, où je remâche, me retourne où je machine je remugle, où tu reviens d'entre mes rêves pour ne rien dire mais regarder: vois, c'est ainsi que nous vivons sans, c'est ainsi que nous dormons mal.
Ta mort m'est une insomnie longue, ta mort te fait jaillir des pierres -je me lève à l'aube, et l'aube c'est chaque heure que le sommeil déserte, et je me réveille et tu me reviens, tu ne me dis rien, mais tu as des visages d'intifada, des visages feuilletés de tous les âges que tu as traversés, des visages fêlés, des visages de pierres lancées, de feuilles tombées. Je me lève à l'aube, et la pluie dans la nuit c'est toi, c'est clairement ta voix qui tombe, qui me dit depuis la tombe que mourir c'était bien trop tôt, tu ne me dis rien de nouveau, tu ne me dis rien qui vaille, tu me l'avais déjà dit, j'avais bien compris mais bon c'est quand même bon d'entendre l'ombre de ta voix me dire qu'elle déteste l'ombre. Je me lève à l'aube, je suis l'enfant inconsolable qu'on a soudain chargé de famille, toi tu tiens la poupée que le père a bourré des dollars de ses crimes, et je voudrais prendre ta main, en frère aîné, et descendre avec toi le fleuve, pas lutter, le descendre, il est des courants, il est des estuaires, des deltas peut-être où se perdre auprès de chevaux blancs au milieu des rizières, il est des échappements aux poings tatoués des étrangleurs d'oiseaux qui se prétendent fauconniers. Je me lève à l'aube, tu as des visages de bébé et de vieillarde hagarde, je te fais courir vers la berge, il y a la barque de l'ivrogne et les remous qui bouclent autour de la rame incertaine que je cramponne en espérant tenir la barre. C'est la vie qui cligne dans l’œil du hibou, c'est la vie qui luit jusque sur le crapaud, tu as des visages de madone et de pauvresse, que je ne vois plus, je ne peux plus me retourner, je t’entraîne vers l'embarcadère.
Toutes les heures de la nuit sont autant d'aubes où tu m'appelles, et je me lève et je me penche et je veux t’entraîner, qu'importe le secret, qu'importe la poupée, il faut anticiper nos ombres et se fier au courant du fleuve qui de toujours lave les fautes, délivre du mal et sauve, parfois, les innocents.

vendredi 16 octobre 2015

Satellites

Le froid tombe en ces jours raccourcis, et les cycles repris sans toi sont comme autant de premières fois, c'est ainsi, nous y veillons semblables et différents, stupéfiés de te survivre. Altérés nous sommes ceux qui t'avons perdue, c'est une communauté douce, satellites de ton absence. Chaque souffle, les feuilles des arbres que tu n'as pas vu pousser, chaque pas les hortensias de cet été, les courges spaghettis chaque averse, les crevettes grises revenues en août, les baignades de juillet chaque insomnie, un calendrier s'ouvre, impensable sans toi, qui quotidiennement fais retour au moindre geste -car tous nos gestes te sont liés.

samedi 10 octobre 2015

Aux champignons

Octobre sans toi, c'est quoi? Les feuilles ne tomberaient pas de la même façon, les fougères ne grilleraient pas d'un coup dans des rousseurs soudaines? Les feuilles jaunissent et c'est octobre et c'est sans toi, et mes élèves ont toujours le même âge, et moi parfois le sentiment que je suis le seul vieillissant, puisque je vieillis sans toi. Octobre c'est un bon mois pour vieillir, marcher dans les bois, cueillir des champignons, des cèpes, des pieds-de-mouton, quelques girolles, des bolets bais, comme avec toi jadis dans la lumière biaise des forêts de quinze heures, mais c'est sans toi, et les images d'enfance à jamais sans partage, les chênes à coulemelles, les châtaigniers aux pieds desquels se pressaient les chanterelles cendrées jusques après les premiers gels, protégées qu'elles étaient par les feuilles dentelées et les bogues vides, trahies cependant par l'éclat safran de leurs tiges mal couvertes.
Si je retourne aux champignons avec Laurent l'ami des arbres et des bêtes, si nous retrouvons nos coins du samedi matin forêt de Montfort, c'est qu'il fait bon marcher, c'est qu'il faut bien vieillir, c'est que l'amitié fait tenir mais un rayon troue la futaie et d'un coup je ne sais pourquoi c'est octobre sans toi.