Tal Coat, Ponctué,1972

Tal Coat, Ponctué,1972
Tal Coat, Ponctué, 1972

jeudi 15 septembre 2011

L'oeil crevé d'un peintre

Tu peux dire ce qui te chante, c’est sur moi qu’il pleut. Quand le vin se décante, c’est sûr qu’on y voit mieux. Mais mieux y voir c’est sans l’ivresse. Le monde désenchanté, le corps d’un danseur estropié, l’œil crevé d’un peintre. Nous courons dans la pente, l’affolant courant de la perte nous emporte, enfants rageurs, vieillards plissés d’amertume, cohorte se hâtant d’épouser la tempête, de jouir dans l’ouragan pour mourir vite ou vivre sans.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire